/news/currentevents

Incendie à Repentigny: des voisins ont eu très chaud

Nora T. Lamontagne | Journal de Montréal

Les voisins de cinq immeubles locatifs en construction et d’une résidence, tous ravagés par le feu à Repentigny, dans la nuit de samedi à dimanche, ont craint le pire en voyant « un mur de flammes » se diriger vers leurs maisons. 

« Ma porte-patio était orange, raconte Valérie Gagné, une mère de cinq enfants qui a dû évacuer en vitesse. [...] J’ai donné mon bébé de 5 mois [à la policière] et je suis revenue pour les autres. »

• À lire aussi: IMAGES EXCLUSIVES | Trois individus filmés sur les lieux de l’incendie majeur à Repentigny

• À lire aussi: Des immeubles à condos ravagés par le feu

Malgré que certaines fenêtres de sa maison ont fondu sous l’effet de la chaleur du brasier et que le revêtement extérieur a craqué, elle se considère chanceuse : son conjoint, tous ses enfants et ses deux chiens sont sains et saufs. 

Un incendie de plusieurs immeubles locatifs en construction à Repentigny a occupé les pompiers pendant de longues heures dans la nuit de samedi à dimanche.

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Un incendie de plusieurs immeubles locatifs en construction à Repentigny a occupé les pompiers pendant de longues heures dans la nuit de samedi à dimanche.

Joël Renaud et sa famille ont eux aussi eu chaud. Le jeune homme faisait un feu de camp avec des amis quand il a remarqué de bien plus grandes flammes provenant du chantier de construction qui borde sa cour. 

« Le temps que les pompiers arrivent, le premier [immeuble] était déjà à terre », dit celui qui a composé le 911. 

Ses amis et sa famille ont dû évacuer sans tarder, comme environ 80 personnes. Pas moins de 11 camions et 50 pompiers ont été mobilisés.

Piscine fondue

Au lendemain de l’incendie, le plus important cette année dans cette ville de la Rive-Nord, sa cour arrière est méconnaissable. 

Le cabanon, la haie de cèdres et les plants de melon qui poussaient dans le petit potager ont été carbonisés en l’espace de quelques minutes. 

Une maison du voisinage a aussi été rasée par les flammes.

Photo Nora T. Lamontagne

Une maison du voisinage a aussi été rasée par les flammes.

Même la piscine hors terre a fondu, déversant son contenu sur le gazon. 

« On pense que c’est ce qui a sauvé la maison », ajoute sa sœur, Lola Renaud, en constatant que les flammes se sont arrêtées à environ 5 mètres de la façade arrière.

À quelques pas de là, les décombres d’une résidence rappellent que d’autres propriétaires ont été plus malchanceux.  

Pertes totales 

La construction est une perte totale, comme cinq des huit immeubles à logements que Habitation Lacombe bâtissait.

Cinq autres demeures ont été endommagées par le feu. Heureusement, on ne déplore aucun décès ni blessé.

« C’est une maudite chance qu’il y ait pas eu de morts », estime l’entrepreneur Marc Lacombe. 

Ce dernier s’est rendu sur place au plus fort de l’incendie, alors que les flammes se sont élevées jusqu’à 9 m au-dessus des bâtiments. 

« J’imagine que pour les gens qui demeurent proche, ça [a dû] être affreux », déplore-t-il. 

Trois individus louches

Des images captées par une caméra de surveillance montrent trois individus transportant ce qui semble être des bidons d’essence avant de quitter le site qui s’embrase.

Captures d'écran, TVA Nouvelles

Des images captées par une caméra de surveillance montrent trois individus transportant ce qui semble être des bidons d’essence avant de quitter le site qui s’embrase.

Des images captées par une caméra de sécurité installée sur les lieux laissent croire que le brasier pourrait être d’origine criminelle, une hypothèse que la police de Repentigny a « de bonnes raisons » d’étudier, affirme Lison Ostiguy, inspectrice-chef.

Sur la vidéo, on aperçoit trois individus munis de ce qui semble être des bidons d’essence pénétrer sur le chantier. Les flammes embrasent les immeubles quelques minutes plus tard.  

De son côté, M. Lacombe ne s’explique pas pourquoi des incendiaires viseraient son chantier. 

« J’en ai pas, d’ennemis ! J’aime mon métier, je ne dois pas d’argent à personne. »