/news/society

La grève est déclenchée

TVA Nouvelles et Agence QMI

Les travailleuses et travailleurs des services de garde en milieu familial subventionnés sont en grève générale illimitée depuis ce matin. Elles sont en négociation avec le gouvernement depuis 18 mois. 

Ce sont 10 000 responsables qui ont décidé de débrayer, pour faire pression sur le gouvernement et faire avancer les négociations.

• À lire aussi: Grève générale illimitée dans les garderies en milieu familial

• À lire aussi: Garderies en milieu familial: possible grève générale illimitée lundi

Près de 50 000 familles québécoises sont touchées et doivent trouver une alternative pour leur enfant.

Médiateur            

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) avait proposé au gouvernement une offre de la dernière chance plus tôt hier, et souhaitait qu'un arbitre intervienne pour trancher sur la question salariale, qui divise les deux parties.

Le gouvernement a choisi de nommer un médiateur plutôt qu'un arbitre, ce qui ne fait pas l'affaire des grévistes. La décision d'un arbitre est exécutoire, contrairement à celle d'un médiateur.

«On veut qu’un arbitre soit nommé pour trancher. C’est beau les discussions, mais on n’arrive pas à s’entendre. On veut qu’un tiers puisse trancher, car nous on est sûr de nos données. Il est trop tard pour la médiation. Il nous reste une chose à régler et là, ça fait juste étirer la sauce et retarder la vraie reconnaissance que les vraies responsables en milieu familial méritent depuis des années», réclame Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ.

16,75$ l'heure     

La question du salaire des éducatrices en milieu familial est au centre du conflit. Payé avec une subvention basée par jour d’occupation, les éducatrices disent dans les faits gagner 12,42 $ l’heure en tenant compte de toutes leurs obligations, soit moins que le salaire minimum qui a été augmenté à 13,10 $ de l'heure, en mai dernier.

«On va continuer à se battre. C’est impossible de continuer à travailler pour 12,42$ de l’heure. Personne au Québec n’accepterait ça et le ministre (de la Famille) devrait comprendre ça», appuie Sonia Éthier, présidente de la Centrale des syndicats du Québec. 

Le syndicat demande une augmentation équivalant à 16,75 $ l’heure. L’écart entre les deux parties est donc de 30%

Les éducatrices en milieu familial étaient déjà en moyens de pression, des grèves tournantes étant organisées depuis le début du mois