/news/coronavirus

Le Royaume-Uni relève le niveau d'alerte

Agence France-Presse

Le Royaume-Uni a relevé lundi le niveau d'alerte mesurant l'évolution de l'épidémie de nouveau coronavirus et a décidé de fermer plus tôt pubs et restaurants, face à la menace d'une deuxième vague qui pourrait faire plus de 200 morts par jour sans «changement de cap».

Dans une déclaration au Parlement prévue mardi, le premier ministre Boris Johnson «confirmera que les pubs, bars et restaurants devront fermer à 22h à partir de jeudi» en Angleterre, a annoncé lundi soir Downing street dans un communiqué.

Le nombre de personnes se côtoyant dans ces établissements devrait aussi diminuer puisque «seul le service à table» sera désormais autorisé, doit annoncer M. Jonhson après une réunion de crise du gouvernement britannique dans la matinée.

Ces restrictions interviennent alors que les chefs des services médicaux des quatre provinces britanniques ont relevé lundi le niveau d'alerte lié au virus à 4, contre 3 depuis juin, ce qui correspond à un niveau de transmission «élevé ou augmentant de manière exponentielle».

Pays le plus endeuillé en Europe avec près de 42 000 morts, le Royaume-Uni voit actuellement les contaminations «doubler tous les sept jours», a prévenu lundi le conseiller scientifique du gouvernement Patrick Vallance lors d'une allocution télévisée.

Si l'épidémie suivait cette courbe, «on arriverait à 50 000 cas par jour mi-octobre» - contre environ 6000 actuellement selon les estimations - et cela pourrait mener à «200 morts par jour ou plus mi-novembre», a-t-il poursuivi. Au plus fort de la pandémie, le Royaume-Uni dénombrait près de 1000 morts par jour.

«Si nous ne changeons pas de cap, le virus décollera. C'est la voie sur laquelle nous sommes», a ajouté lors de cette allocution le professeur Chris Whitty, médecin-chef pour l'Angleterre.

Les restrictions locales pour lutter contre la propagation du virus se multiplient - notamment lundi dans quatre zones du Pays de Galles - le gouvernement espérant ne recourir qu'en dernier ressort à un confinement national aux conséquences dévastatrices pour une économie déjà sévèrement affectée par le confinement de la première vague.

Les nouvelles mesures annoncées par Boris Johnson ne seront valables que pour l'Angleterre, chaque province britannique prenant ses propres décisions en matière de coronavirus. Mais selon Downing street, il s'est entretenu lundi par téléphone avec les premiers ministres écossais, gallois et nord-irlandais et «ils ont convenu d'adopter autant que possible une approche unifiée, dans les prochains jours».

Les trois dirigeants sont d'ailleurs conviés à la réunion de crise prévue mardi et consacrée à la réponse du gouvernement face à la reprise de l'épidémie, avant les annonces au Parlement.

Boris Johnson s'adressera aussi à la nation mardi soir, un discours retransmis en direct dans lequel il devrait revenir sur «les autres moyens pour lutter contre le virus et sur le rôle que chacun peut jouer contre sa propagation».