/regional/estduquebec/basstlaurent

Un massothérapeute accusé d'agressions sexuelles témoigne à son procès

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Le procès du massothérapeute Patrick Chénard a repris lundi matin au palais de justice de Mont-Joli.

L'individu de 28 ans fait face à neuf chefs d'accusation d'agression sexuelle sur des clientes majeures, trois sur des mineures et à un chef de contact sexuel sur une personne mineure.

Ces crimes auraient été commis à Rimouski et Trois-Rivières entre les mois de novembre 2015 et avril 2018.

Le procès de Patrick Chénard a débuté en janvier dernier avec les témoignages de ses onze présumées victimes. Il a cependant été retardé en raison de la pandémie de coronavirus.

La Couronne a complété sa preuve et c'est au tour de la Défense de se faire entendre. La Défense a pris le pari de présenter la version des faits de l'accusé afin de discréditer la preuve de la Couronne.

Les premières heures du témoignage de Chénard ont été consacrées à l'explication ses techniques de massage.

Son avocat l'a invité à décrire avec détails la façon dont il pratiquait des massages suédois, la position de son corps, de ses mains et de ses doigts. L'accusé a aussi offert au tribunal un véritable cours d'anatomie 101 consacré aux régions du dos, des fesses, des cuisses et des parties génitales.

C'est lors de ces massages que Patrick Chénard aurait agressé ses présumées victimes.

Rappelons que Patrick Chénard ne peut plus pratiquer la massothérapie et la kinésiologie depuis juin 2018, lorsque les premières accusations ont été portées contre lui.

Il a d'ailleurs expliqué à la Cour qu'il a depuis entrepris une nouvelle formation générale, celle-là en charpenterie-menuiserie.

Quatre journées ont été prévues pour son témoignage.