/finance/homepage

Bombardier Transport : l’usine de La Pocatière perd un contrat de 54 millions $

Sylvain Larocque | Journal de Montréal

Photo Stéphanie Gendron

Déjà bien pauvre en contrats, l’usine de Bombardier Transport à La Pocatière vient d’en perdre un de 54 millions $ que Via Rail lui avait octroyé en 2018. 

«Bombardier et Via Rail ont convenu d'un commun accord de mettre fin à l'entente», a indiqué au Journal un porte-parole de la société d’État fédérale, Karl-Philip Marchand Giguère.

«Les voitures qui devaient être rénovées [...] ont été construites dans les années 1950. Des problèmes techniques imprévus dus à l’âge et à l’état de certaines voitures ont entraîné une réévaluation des travaux», a précisé M. Marchand Giguère.

«Les rénovations visaient à améliorer l'accessibilité des voitures avec un ascenseur intégré, de nouvelles portes, des salles de bains accessibles, des espaces d’aide à la mobilité supplémentaires et un système de communication audiovisuelle. Malheureusement, ce n'est plus possible», a-t-il ajouté.

Le contrat devait donner du travail à environ 80 travailleurs de La Pocatière. Ceux-ci ont été redéployés vers d’autres contrats.

«Le résiliation de ce contrat représente une érosion additionnelle pour notre usine de La Pocatière. Nous devons donc redoubler nos efforts pour obtenir des contrats supplémentaires et stabiliser la masse critique du site», a déclaré une porte-parole de Bombardier Transport, Annick Robinson.

Sortie de la CSN

La CSN tiendra d’ailleurs, ce matin, une conférence de presse à l’usine de La Pocatière pour demander aux gouvernements d’intervenir afin d’«assurer» l’avenir du secteur industriel spécialisé dans le transport en commun.

Le principal contrat qui occupe actuellement les quelque 500 salariés de Bombardier à La Pocatière est la deuxième commande de voitures Azur pour le métro de Montréal, qui porte sur 17 rames. Les livraisons doivent prendre fin l’an prochain.

Or, les installations de La Pocatière passeront dans le giron d’Alstom au début de 2021. Le géant français exploite déjà des usines à Sorel-Tracy, Ottawa et Brampton.