/finance/homepage

COVID-19 : pas de reprise économique complète des PME avant un an et demi

Agence QMI

Concept of presentation new idea business project.Adult businessman discussing ideas with account director and creative manager in modern office. Wide.

SFIO CRACHO - stock.adobe.com

La reprise économique des PME canadiennes pourrait prendre un an et demi en moyenne, mais jusqu’à huit ans pour les restaurants et hôtels, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). 

• À lire aussi: Les commerçants de Montréal jouent leur survie

• À lire aussi: Un Québécois veut recycler ici les avions retirés par la pandémie

Ce regroupement exhorte donc le fédéral et les provinces à apporter plus de soutien aux PME.

Alors que près de sept PME sur dix ont complètement rouvert en septembre, seuls 30% d’entre elles ont déclaré avoir retrouvé leurs ventes habituelles avant la pandémie.

« Ces données démontrent qu’il faut passer à la vitesse supérieure en ce qui concerne notre appui aux PME », explique François Vincent, vice-président de la section Québec de la FCEI.

L'organisme a examiné l'évolution des revenus des PME entre juin et septembre. Alors qu’une reprise en V de l’économie était espérée, les résultats démontrent que la reprise semble se diriger vers une longue période de stagnation des revenus causée par la COVID-19.

Selon l’étude, les hôtels et les restaurants sont le plus touchés par cette crise. À l’inverse, les PME des secteurs des services sociaux et des transports sont les moins perturbées et pourraient envisager une amélioration dans moins d’un an.

Depuis le 18 août, le gouvernement québécois a donné l'autorisation à tous les secteurs d’activités de reprendre leurs services dans le respect des consignes sanitaires. Pendant la crise, les gouvernements fédéral et provincial ont accordé des programmes d’aide d’urgence aux PME et autorisé la prolongation des prêts auprès de ces entreprises.

Pour la FCEI, la reprise économique est principalement freinée par la baisse des dépenses des consommateurs. L’organisme réclame alors un plus grand soutien de la part des gouvernements pour inciter l’achat local.

« Qu’on soit clair : on ne peut pas envisager une reprise économique sans le retour en force des PME. Elles sont et font la richesse de notre économie », a déclaré Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale pour la FCEI.