/news/coronavirus

Les cliniques de dépistage ne suffisent pas à Trois-Rivières

Sébastien Houle | TVA Nouvelles

La file d'attente de la clinique de dépistage mobile, située dans le secteur Trois-Rivières-Ouest, s'étirait sur plusieurs centaines de mètres, mardi matin.

Sur place, un couple a confié à l’équipe de TVA Nouvelles avoir tenté de se faire tester à plusieurs reprises au cours des derniers jours, mais sans succès.

Une famille était là la veille, mais on leur a dit au bout de cinq heures que le matériel médical était manquant et qu'il fallait revenir. La mère et ses quatre filles espéraient pouvoir subir le test mardi matin.

Elles sont arrivées tôt et attendaient depuis deux heures. Une autre jeune fille, en contact avec une personne infectée, a attendu en vain la veille.

C'est pourtant pour désengorger les centres de dépistages que les cliniques mobiles ont été mises sur pieds. Or, depuis quelques jours, malgré l'affluence dans ces dernières, plus moyen d'obtenir un rendez-vous dans les centres de dépistage permanents. Il n’ y a pas de réponses et les boîtes vocales sont pleines.

Au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie et du Centre-du-Québec, on explique l'apparent cafouillage par un problème technique qui aurait vu les appels tomber dans une messagerie secondaire, que l'on viendrait de retrouver. On promet que tout le monde va être rappelé dans un court délai.

À Shawinigan, on constatait mardi une accalmie, alors que la veille, certains rapportaient avoir attendu pendant près de quatre heures.

À Trois-Rivières, des changements avaient été apportés en fin d'avant-midi. On distribuait des coupons, en invitant les patients à revenir plus tard dans la journée sans pour autant perdre leur place.