/news/tele

Les profs de «Star Académie» sont prêts pour l’aventure

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

Patrice Michaud à l’animation des galas de variétés du dimanche, Lara Fabian comme directrice de l’Académie, et Gregory Charles et Ariane Moffatt respectivement professeurs de voix et musique et de création musicale : le corps professoral de «Star Académie» est maintenant formé, et promet une rentrée des plus stimulantes le 14 février prochain, à TVA.

• À lire aussi: Patrice Michaud animera les galas de «Star Académie»

• À lire aussi: Mika, nouveau directeur artistique de «Star Académie»

Avec pareils pédagogues, les jeunes talents de «Star Académie» rouleront véritablement en Formule 1 vers un début de carrière étincelant dans la chanson, comme l’a imagé Gregory Charles, seul professeur à rentrer au bercail après avoir vécu l’expérience en 2012.

Même Pepe Munoz, le danseur, chorégraphe et fidèle complice de Céline Dion, a été recruté pour dispenser l’une des nouvelles classes d’identité artistique (liée à l’interprétation, la direction artistique, les médias, le look, l’image publique ou l’opinion), matière qu’enseigneront également la comédienne Anne Dorval, le chef de l’Orchestre Métropolitain de Montréal et directeur musical du Metropolitan Opera de New York, Yannick Nézet-Séguin et deux autres personnes encore inconnues. Le fameux Pepe, qui a été l’objet de nombreuses rumeurs d’idylle avec Céline, est d’origine espagnole mais parle très bien français, a assuré Jean-Philippe Dion, producteur exécutif de «Star Académie».

Ces annonces faites mardi matin, en direct sur la page Facebook de l’émission s’ajoutent à celle, prestigieuse, de la nomination de Mika. À titre de directeur artistique, la star internationale offrira des ateliers ponctuels pendant la saison et montera des numéros époustouflants avec les élèves de l’Académie.

«On voulait avoir un vrai noyau pour notre corps professoral, des personnes qui allaient bien s’entendre et être complémentaires, et qui ont des choses à enseigner, a expliqué Jean-Philippe Dion. Ce sont nos premiers choix qui sont là.»

Approche documentaire 

Cette nouvelle mouture de «Star Académie» en sera une «réactualisée» des cinq éditions précédentes (2003 à 2005, 2009 et 2012), mais le concept et ses principaux codes ne seront pas dénaturés, a-t-on assuré mardi.

Presque neuf ans s’étant écoulés depuis le dernier rendez-vous – qui avait couronné Jean-Marc Couture, et fait connaître Andréanne A. Malette, Mélissa Bédard et Olivier Dion, entre autres –, la société a évolué, l’industrie musicale et les réseaux sociaux aussi, et les transformations culturelles et sociales se reflèteront dans le résultat à l’écran.

En ce sens, on promet une approche relevant un peu plus du «documentaire d’observation», et moins «voyeuse». C’est d’ailleurs ce qui a convaincu une Ariane Moffat qui, aux débuts de «Star Académie», était rébarbative à ce genre de concours et refusait d’y participer, de se joindre à l’aventure. Oui, les Académiciens vivront sous l’œil de la caméra, mais on causera peut-être davantage accords musicaux que vedettariat.

«On a opté pour une approche très humaine, plus près du docu-réalité, a noté Denis Dubois, vice-président de Québecor Contenu. On ne souhaitait pas être invasifs. On sera là avec eux, mais on veut comprendre ce que vivent les Académiciens au fur et à mesure.»

«J’ai eu l’impression qu’on me proposait l’animation d’un spectacle de musique à la télé, alors qu’avant, j’avais l’impression que c’était un spectacle de télé, avec de la musique», a observé Patrice Michaud.

«Il y a 20 ans, je n’allais pas à "Star Académie". J’adhérais moyen. Mais notre milieu a tellement évolué. On est moins enclins à mettre les styles de musique dans des cases. Quelque chose s’est démocratisé, et je suis complètement en phase avec ça. Je n’ai pas l’impression de trahir mes valeurs. Ça suit l’évolution de l’industrie. On met au centre l’humain et le processus de création, et un côté moins hiérarchisé de la grande pop star qui arrive au sommet, et l’aspect compétitif de l’émission. C’est plus cohérent», a ajouté Ariane Moffatt.

Pour le reste, on retrouvera notre «Star Académie» comme on l’aime, avec ses quatre quotidiennes par semaine (du lundi au jeudi), ses 12 galas du dimanche («une vitrine extraordinaire pour aider à la relance de notre culture» et «l’endroit idéal pour voir du beau et du bon dans notre télévision», a insisté Denis Dubois,), et ses cours divers, auxquels se grefferont bien sûr des tranches de vie des candidats.

Comme toute bonne directrice, Lara Fabian rentrera à l’école avec ses protégés après les spectacles du dimanche pour faire le bilan de la soirée avec eux en pyjama et pantoufles, et pourrait se mêler aux leçons quotidiennes à l’occasion.

Bientôt les auditions

Ne soyez pas surpris si vous apercevez sous peu l’autobus emblématique aux couleurs de «Star Académie» sur une route près de chez vous. L’immense véhicule commencera dès vendredi à parcourir le Québec et le Nouveau-Brunswick pour les auditions, auxquelles 3000 personnes ont déjà répondu présent et où on peut toujours s’inscrire au staracademie.ca. Il faut réserver sa plage horaire d’avance, règles sanitaires obligent.

Les changements qui marqueront l’édition 2021  

• 15 académiciens au lieu de 14

• La quotidienne, du lundi au jeudi (diffusée à une heure encore indéterminée) n’aura pas d’animateur(trice).

• Mises en danger mixtes, et non plus filles contre filles et garçons contre garçons. Le personnel de l’Académie choisira chaque semaine les Académiciens qui devront se présenter en évaluation, en se basant sur les prestations du dimanche.

• L’Académie comptera une nouvelle pièce : le lab musical, où les candidats composeront, enregistreront et mixeront leurs propres chansons.

• Les participants auront accès aux réseaux sociaux, lesquels seront intégrés à leurs apprentissages. «Mais si on sent que c’est trop négatif pour eux, on va couper ça assurément», a toutefois précisé Jean-Philippe Dion, en mentionnant que les Académiciens seront formés et encadrés par un(e) psychologue à cet égard.

• La chanson-thème sera une composition originale entièrement québécoise, et non plus une pièce existante remise au goût du jour

• Une centaine de candidats, parmi les meilleurs aux auditions, seront repêchés pour participer à un stage intensif de formation, auquel contribueront les professeurs pour donner trucs et conseils. À partir de ce camp, 22 aspirants-académiciens seront sélectionnés pour prendre part au premier gala de variétés, et 15 seront ensuite retenus pour poursuivre l’aventure. Deux émissions spéciales enregistrées pendant le stage seront diffusées à TVA à la mi-janvier.

• Le directeur musical des galas sera Alex McMahon

• Les détails entourant l’Académie et son emplacement seront connus un peu plus tard

Ils ont dit...  

Patrice Michaud, animateur : «Je ne veux pas jouer à l’animateur. Ça faisait longtemps que je recevais des demandes et des invitations pour animer à la télévision ou la radio. Et je suis arrivé au point où je n’ai plus envie de dire non.»

Lara Fabian, directrice de l’Académie : «C’est sûr que je vais avoir une oreille de maman, ou de grande sœur, à certains moments. Je vais beaucoup m’attarder à l’aspect humain de l’artiste, parce que c’est le moteur de son fonctionnement.»

Ariane Moffatt, professeure de création musicale : «Mon objectif premier, c’est de sentir que c’est un endroit où on peut être soi-même, où on n’est pas dans la compétition. De développer des outils pour être autonomes, confiants, savoir qui on est, ouvrir la création et porter plusieurs chapeaux, c’est la clé pour avoir du plaisir... La production musicale, être en studio, la musique, les arrangements, les paroles, ça interagit. J’en ai beaucoup à dire!»

Gregory Charles, professeur de voix et musique : «"Star Académie", c’est une saison de Formule 1. On va avoir 15 bolides, qui vont faire une course de Formule 1 par semaine. Il y a des moments où ça marche super bien, et d’autres moins, sans qu’on soit totalement en contrôle. J’ai adoré ma dernière édition, et je me rappelle clairement des tourments, des remises en questions et des défis de chacun des académiciens. Je les ai suivis jusqu’à aujourd’hui.»