/news/coronavirus

Party à Laval : «c’est tout à fait inacceptable», dit Dubé

Vincent Larin

Le cas d’un restaurant de Laval où plus de 200 personnes semblaient ignorer complètement la menace de la COVID-19 lors d’une soirée festive samedi dernier est «tout à fait inacceptable», a estimé le ministre de la Santé, Christian Dubé.

• À lire aussi: Au diable les règles dans un resto bondé à Laval

• À lire aussi: Les régions de Laval et de l'Outaouais basculent dans l'orange

«Ce n’est pas le genre de comportement qu’on s’attend des Québécois dans une situation de crise où on est en guerre contre un virus et qu’on se dit, "ben je vais repeser sur l’accélérateur, je vais retourner à 160 km à l’heure parce que je viens de passer le radar"», a-t-il illustré en conférence de presse mardi.

Notre Bureau d’enquête a rapporté qu’un restaurant de Laval, le Lordia, a accueilli une soirée festive samedi soir dernier où les règles de santé publique semblaient être ignorées. Malgré une visite des policiers dans le cadre de l’opération de sensibilisation OSCAR, les participants ont repris les festivités et la danse, parfois sans masque, ce qui est contraire aux règles de santé publique en vigueur.

Christian Dubé a indiqué que l’incident était «sous analyse» par la santé publique et qu’il était confiant de trouver «la façon de prendre ces gens-là en défaut».

Pour les partis d’oppositions, c’est aux corps policiers d’ajuster leur approche.

«Si la police ne fait qu’entrer dans les établissements et demander gentiment aux gens de remettre leur masque, ça ne règlera aucun problème. La solution, ce n’est pas plus de donner plus de pouvoirs aux policiers, mais de s’assurer qu’ils appliquent les pouvoirs qu’ils ont déjà», a déclaré Sol Zanetti.

«D'après moi, il faut que la Sécurité publique, que les différents corps policiers prennent tous les moyens nécessaires pour s'assurer que les règles soient respectées», a indiqué son vis-à-vis au Parti libéral du Québec, André Fortin.

Le porte-parole du Parti québécois en matière de Santé, Joël Arseneau, a attribué ces manquements à la «mauvaise communication» du gouvernement.

Dans la même catégorie