/news/law

Saguenay: condamné à 30 mois de prison, Bernard Gaudreault libéré

Jean Houle

Condamné à 30 mois de prison pour des agressions sexuelles sur de jeunes filles mineures, l’ex-bénévole de l’Association des scouts de Saint-Honoré Bernard Gaudreault retrouve une semi-liberté.

Dans une décision rendue vendredi de la semaine dernière, la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) interdit toutefois à l'homme de 57 ans de se trouver au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Beauce.

«C'est ce qu'on avait demandé et la Commission en a tenu compte», a dit le parent de deux victimes, dont l'identité est protégée par une ordonnance de non-publication.

Bernard Gaudreault a été condamné à 30 mois de prison en février dernier, pour des agressions sexuelles sur de jeunes filles de moins de 14 ans, de 1997 à 2018.

La Commission a évalué que son risque de récidive est faible. «Il n’existe pas de motifs raisonnables de croire (...) que vous commettrez une infraction accompagnée de violence (...)» écrivent les commissaires.

L’ex-bénévole avait fait six victimes. À l’audience, elles ont exprimé leur déception devant la possibilité de croiser leur agresseur sur la rue. La Commission a choisi de les protéger.

«(...) Ces personnes ont droit à une société juste, paisible et sécuritaire, et ceci nécessite que vous vous absteniez de tout contact entravant cette sécurité», peut-on lire.

Le prisonnier sera admissible à une libération conditionnelle, dès le 1er décembre prochain. Une question juridique serait à l'origine de cette situation.

Les parents des victimes ne peuvent que constater les conséquences: l'agresseur, dont la conduite en prison est irréprochable, pourrait être en liberté conditionnelle dans quelques semaines. D'ici là, il séjournera en maison de transition.

«Il aurait écopé de 25 ans qu'on n'aurait pas été satisfait quand même, a dit le parent. Mais, il aurait pu payer davantage pour ce qu'il a