/finance/homepage

Virements suspects vers Desjardins et la Banque Nationale

Hugo Joncas | Bureau d'enquête

Online Money Transfer Around The World Illustration. People send money online to another with smartphone

Illustration Adobe Stock

Des paiements suspects de l’étranger versés dans des comptes chez Desjardins et à la Banque Nationale se retrouvent parmi les données de la dernière fuite d’informations financières internationale.

Les renseignements qu’a publiés l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) hier proviennent de plus de 2100 déclarations de banques aux services de renseignement financier des États-Unis, le Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN), entre 1999 et 2017.

Les institutions financières américaines doivent déclarer à cette agence toute transaction d’importance qu’elles soupçonnent de contribuer au blanchiment d’argent, au-dessus de 10 000 $ US (13 300 $ CAD).

Parmi les données que l’ICIJ a obtenues et publiées, une partie concerne des paiements vers des établissements canadiens, totalisant près de 33 millions $ US (43,9 millions $ CAD).

L’ICIJ n’a toutefois dévoilé aucun nom d’individus ou de sociétés ayant bénéficié de ces paiements.

1,6 million $ 

Parmi les institutions financières concernées : la Caisse centrale Desjardins et la Desjardins Bank de Floride.

Les fiches qu’a obtenues l’ICIJ couvrent notamment 10 versements dans des comptes chez Desjardins, d’une valeur de près de 1,6 M$.

Parmi ces paiements, les données publiées révèlent quatre transactions totalisant 649 970 $ en provenance de la First Caribbean International Bank de la Barbade, un paradis fiscal notoire, en 2012 et 2013.

Elles contiennent aussi un paiement suspect de 44 500 $ à un compte chez Desjardins en provenance de la Banque de Kaboul en Afghanistan, en 2013.

Desjardins n’a pas répondu à nos questions sur ces paiements puisque les lois l’obligent à préserver la confidentialité des transactions financières.

« Nous ne pouvons pas répondre à tes interrogations, car cela contreviendrait à la réglementation applicable en matière de protection des renseignements personnels et à la réglementation en matière de lutte au blanchiment d’argent », écrit la porte-parole Chantal Corbeil dans un courriel.

Hong Kong 

La fuite contient aussi des informations sur deux paiements de 2013 totalisant 220 000 $ vers la Banque Nationale, en provenance de Hong Kong.

Contacté par notre Bureau d’enquête, le porte-parole Jean-François Cadieux n’a pas voulu commenter.

L’ICIJ dévoile aussi 55 transactions notifiées au FinCEN de 2011 à 2014 concernant la Banque de Montréal, pour un total de plus de 13 M$.

Selon les données, certains paiements semblent avoir abouti dans des comptes de cette institution financière dans la métropole, en provenance des États-Unis et de Suède.