/news/politics

Trudeau en appelle à la solidarité des Canadiens

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau a exhorté mercredi soir les Canadiens à redoubler leurs efforts pour limiter les dégâts de la pandémie dans un discours télévisé à la nation où il est revenu sur le discours du Trône présenté en après-midi par son gouvernement.

• À lire aussi: Le gouvernement Trudeau promet encore d'imposantes dépenses

«Au printemps, on a tous travaillé ensemble pour aplatir la courbe, et nos efforts ont porté fruit. Mais maintenant, le virus est en train de revenir en force dans plusieurs parties du pays», a affirmé le premier ministre.

«Dans nos quatre plus grandes provinces, la deuxième vague ne fait pas que commencer, elle est en cours», a déclaré M. Trudeau.

Le premier ministre demande aux Canadiens de suivre les recommandation de la santé publique et de faire certains sacrifices. 

«Ce n’est pas le temps de faire des partys. Personne n’est invincible. Et vos proches ne le sont pas non plus», a-t-il lâché.

M. Trudeau réitère son intention d'établir des normes nationales sur les soins aux aînés dans les centres de soins de longue durée et sa volonté de prolonger la subvention salariale jusqu'à l'été, tel qu'énoncé dans le discours du Trône.

«La situation vécue par trop de nos aînés dans les centres de soins de longue durée est inacceptable. Il faut que ça change, et ça va changer», a-t-il assuré. 

M. Trudeau en a profité pour souligner les grandes priorités contenues dans le discours du Trône présenté par la gouverneure générale, Julie Payette, plus tôt mercredi, et qui fera l’objet d’un vote de confiance.

Il a notamment mentionné la promesse de prolonger la subvention salariale jusqu’à l’été prochain et la volonté de son gouvernement de passer en deuxième vitesse pour mettre en place un système d’assurance-médicaments universel.

M. Trudeau s’est par ailleurs défendu d’avoir l’intention de dépenser sans compter.

«Je sais que certains se demandent comment on peut se permettre de faire [tout ce que nous promettons] pour les Canadiens. C’est légitime. Les taux d’intérêt faibles signifient qu’on peut se le permettre. Et en fait, en faire moins finirait par coûter beaucoup plus.»

Dans la même catégorie