/regional/quebec/quebec

Saisons de football et soccer annulées

Richard Boutin | Journal de Québec

La directive 70 du ministère de l’Éducation aura eu raison des circuits de football et de soccer scolaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches.

L’entité régionale de Québec et Chaudière-Appalaches du RSEQ a pris, mercerdi, la décision d’annuler la saison de football et de soccer.

«C’est une journée très très moyenne, a débité le directeur général Mathieu Rousseau. En raison de la directive 70 qui prévoit que le sport interscolaire doit arrêter ses activités dès qu’un cas de COVID-19 est déclaré dans une école, ce n’était pas viable de penser tenir une saison. Cinquante pour cent des écoles qui ont un programme de football ne pouvaient pas jouer en fin de semaine parce qu’il y a un cas dans leur institution.»

Le RSEQ n’avait pas les moyens de continuer. «On travaillait sur différents scénarios depuis quelques semaines, mais il fallait constamment recommencer en raison des changements et on ne pouvait pas facturer les écoles, a expliqué Rousseau. Il y a déjà eu des mises à pied et c’est inévitable qu’il y aura d’autres coupures.»

Le budget du RSEQ Québec–Chaudière-Appalaches provient à 94% des écoles et 6% du gouvernement. Pour le football et le soccer, on parle de 3300 jeunes qui seront privés d’un calendrier. Des équipes tenteront de tenir des parties hors concours lorsque des fenêtres d’opportunité se présenteront.

«Journée sombre»

Daniel Fleury avait la mine basse.

«C’est une autre journée sombre pour le sport étudiant, a déclaré le responsable des sports à l’Académie Saint-Louis. Ce n’est pas la faute du RSEQ. C’était impossible d’établir des calendriers dans les circonstances. Le ministère avait une occasion rêvée, mardi, d’enlever la directive 70 lors de sa rencontre avec le RSEQ, mais il n’a pas voulu bouger. Avec la règle 70, la bulle-classe ne sert plus à rien. C’est totalement incohérent. On n’arrêtera pas de travailler pour que cette directive soit abolie pour sauver les saisons de hockey, basketball et futsal. Dès que la consigne est sortie, le 11 septembre, on a levé le drapeau pour prévenir que le sport interscolaire ne pourrait pas aller de l’avant dans les circonstances.»

La règle 70

«C’est ridicule, de renchérir le responsable du programme de football à La Courvilloise et aussi président du conseil d’administration du RSEQ régional. Ils sont rigides sur la règle 70. La Santé publique n’avait qu’à changer le mot école pour le mot équipe et tout le monde aurait été d’accord. On devrait se retrouver 60 000 personnes devant le parlement pour manifester notre désaccord.» a ajouté M. Fleury. «Dans le cas du soccer, la formule de tournoi impliquant quatre équipes avait été retenue, mais la règle des 25 participants ou deux formations empêche que le calendrier aille de l’avant. Il y a trop d’équipes dans la région pour tenir des duels à deux équipes seulement.»

Les effets négatifs des annulations

Plusieurs intervenants du milieu scolaire craignent les effets pervers de l’annulation des saisons de football et de soccer.

Daniel Fleury a deux inquiétudes. «Avec le sport, nous avions un levier pour que les jeunes respectent les mesures sanitaires, mais ce n’est plus le cas avec l’annulation de la saison, a déploré le responsable des sports à l’Académie Saint-Louis. Les jeunes étaient disciplinés et il y avait très peu de cas parmi les sportifs. Les jeunes vont maintenant s’encastrer dans leur sous-sol et jouer au PlayStation et faire le party au parc. Ce n’est pas pour rien que le sport scolaire est populaire», d’ajouter l’ancien demi de coin du Rouge et Or de l’Université Laval (1995 à 1999).

Motivation difficile

Yanick Normandin craint lui aussi que la motivation sera plus difficile à trouver pour certains sportifs sur le plan académique. «Mon levier de motivation n’est plus fort, a indiqué le responsable du programme de football à La Courvilloise. Je pouvais dire à un jeune qu’il ne jouerait pas le prochain match ou une demie si ses résultats n’étaient pas adéquats. Parce que nous avons 170 joueurs, on va s’organiser en tenant des parties entre nous. On doit donner un bonbon aux gars.»

Fleury et Normandin souhaitent tous les deux offrir des parties hors concours aux joueurs, mais ils devront patienter. L’Académie Saint-Louis compte un cas positif et le sport interscolaire est sur la touche jusqu’au 30 septembre. La Courvilloise compte deux cas positifs.

Gouvernement indécis

Dans la même journée du 11 septembre, le gouvernement annonçait que le sport interscolaire allait pouvoir reprendre le 14 septembre, mais ajoutait la directive 70. Voulait-il faire porter l’odieux de l’annulation de la saison d’automne au RSEQ ou aux écoles sachant très bien que tenir un calendrier digne de ce nom en pareilles circonstances tenait du miracle?

«Je ne veux pas leur prêter de mauvaises intentions, a indiqué Fleury, mais c’est vraiment, vraiment compliqué. Personne ne demande l’avis des gens sur le terrain, ce qui est triste. Les décisions sont prises au-dessus de nos têtes et on les subit.» Pour le moment, le circuit juvénile Division 1 qui relève du RSEQ provincial n’a pas encore annulé sa saison. En fin de semaine, sept des neuf parties à l’horaire ont déjà été annulées parce qu’on retrouve un cas positif. «Je pense que le RSEQ provincial va arriver à la même conclusion, a précisé M. Fleury.»