/news/society

Forte hausse des signalements à la DPJ

Agence QMI

Le nombre de signalements a bondi de 12 % à la Direction de la protection de la jeunesse du Québec en 2019-2020 par rapport à l'an dernier, soit 35 signalements de plus chaque jour.

Dans son bilan annuel, l’organisme précise que 36,8 % des signalements ont été retenus.

En moyenne, il y a eu 324 signalements d’enfants par jour durant la dernière période de 12 mois pour un total de 118 316 en 2019-2020.

La DPJ a souligné que parmi les enfants qu’elle a pris en charge, 64,7 % sont restés dans leur milieu familial ou chez des tiers significatifs.

Par ailleurs, les signalements ont été en forte baisse au cours des mois de janvier, février, et mars. 

Les experts ne croient pas que la maltraitance des enfants a diminué pendant la pandémie, bien au contraire. Le confinement a forcé les enfants vulnérables à rester isolés dans leur milieu familial, et les personnes appelées à faire un signalement n’étaient plus en contact avec les enfants. 

«Les milieux scolaires étaient fermés, les centres de loisirs étaient fermés, ils font partie des personnes qui nous signalent des situations et qui veillent au bien-être des enfants», a expliqué Assunta Gallo, directrice de la Protection de la jeunesse du CIUSSS Centre-Sud. Notre hypothèse c’est qu’il y a eu un impact direct sur la baisse des signalements.»

Les DPJ s’attendent donc à une nouvelle hausse des signalements avec le déconfinement. 

Dans la même catégorie