/news/coronavirus

Hospitalisations liées à la COVID-19: loin du point de rupture

Charles Lecavalier | Journal de Montréal

Le système de santé va tenir le coup pour au moins quatre semaines si le taux de transmission demeure le même, selon de nouvelles projections d’hospitalisations permettant au ministère de la Santé de mieux se préparer à la deuxième vague de la COVID-19. 

« Nous sommes dans une zone qui permettrait, s’il y a des changements de comportement, d’éviter d’atteindre les capacités maximales. [...] Pour l’instant, nos projections nous montrent que la capacité hospitalière pour l’ensemble du Québec ne devrait pas être atteinte pour les quatre prochaines semaines », a souligné Luc Boileau, PDG de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux lors d’une présentation mardi.  

L'objectif de ces travaux, une première canadienne, est d’anticiper le nombre potentiel d’hospitalisations pour les nouveaux cas confirmés dans la semaine à l’étude et de mesurer l’évolution du risque d’hospitalisation.

Le travail de projection effectué par l’INESSS et l’université McGill est basé sur les données réelles du ministère de la Santé. Il dévoile une série de constats qui montrent que      

  • Le taux d’hospitalisation est actuel (5 %) est beaucoup plus faible que lors de la première vague (12,9 %) ;      
  • Ceci s’explique par une transmission plus élevée chez les jeunes et moins élevé chez les personnes âgées, et par le fait que les gens touchés ont moins de comorbidités ;     
  • Il y a beaucoup plus de transmission à l’extérieur du grand Montréal. (La semaine dernière, Montréal et Laval ont connu une hausse de 25 % des cas, les couronnes nord et sud de 10 %, et le reste du Québec a vu une hausse de 50 %)          

Il ne faut toutefois pas se réjouir trop vite. L’épidémiologiste Mathieu Maheu-Giroux a lancé une mise en garde : « quand les nouveaux cas sont chez les jeunes, ça ne se transforme pas immédiatement en hausse d’hospitalisation. Mais si je suis jeune et que j’attrape la Covid-19, je risque de la transmettre à d’autres jeunes, et à un certain point, ça va percoler dans les autres tranches d’âge », a-t-il indiqué.  

Les projections d’hospitalisation sur quatre semaines seront mises à jour toutes les semaines. Elles seront très utiles pour les dirigeants du réseau de la santé, qui doivent ajuster la capacité maximale du réseau à accueillir des malades affectés par la Covid-19.  

Au printemps, elle était beaucoup plus élevée, car d’autres juridictions, comme New York ou en Italie par exemple, étaient aux prises avec des situations dramatiques, a souligné le Dr Boileau.  

Elle a maintenant été rééquilibrée à environ 2100 lits dans tous les réseaux hospitaliers, car les hôpitaux doivent traiter d’autres maladies que la Covid. Mais ces projections permettront à Québec d’ajuster cette capacité en voyant l’évolution de la deuxième vague.