/sports/homepage

Impact: lutte pour le sixième rang

Dave Lévesque | Journal de Montréal

Les matchs viennent vite pour l’Impact de Montréal qui, après s’être incliné devant l’Union de Philadelphie dimanche, doit déjà affronter le Revolution de la Nouvelle-Angleterre mercredi en fin d’après-midi.

Le onze montréalais va tenter de renverser la vapeur en mettant un terme à une séquence de deux défaites, lors desquelles il a accordé sept buts et n’en a marqué que deux. 

Le match est présenté sur les ondes de TVA Sports

Mais ça ne va pas tellement mieux du côté de la Nouvelle-Angleterre, qui espère sans doute rattraper le Bleu-Blanc-Noir puisqu’un seul point les sépare au classement de l’Association Est, l’Impact (16 points) occupant le sixième rang et les «Revs» (15 points), le septième.

L’équipe de Bruce Arena n’a remporté qu’une seule victoire à ses cinq dernières rencontres et elle en arrache à la maison puisqu’elle n’a pas encore gagné à domicile (0-4-1).

Défensive  

On vous le dit tout de suite, ne vous attendez pas à une explosion de buts d’un côté comme de l’autre puisque les «Revs» ont une attaque discrète (10 buts), mais sont aussi avares en défensive avec seulement 11 buts accordés.

Si le Revolution est timide offensivement, l’Impact risque de l’être aussi puisque Romell Quioto, qui a marqué le tiers des 18 buts de l’équipe, sera absent.

Il purgera son match de suspension à la suite du carton rouge qu’il a reçu pour un geste idiot contre l'Union, dimanche.

«On a perdu Romell, c’est un gars qui fait des passes et qui prend la profondeur, on va voir comment on va être sans lui», a indiqué Thierry Henry.

Au moins, Henry va récupérer deux autres joueurs cartonnés lors des dernières rencontres en Emanuel Maciel et Rudy Camacho.

Gérer les humeurs  

Le pilote de l’Impact espère certainement que son équipe ne recevra pas un carton rouge dans un quatrième match de suite, ce qui a tendance à couper les ailes.

«Ça change la donne quand tu joues à 10 et c’est ce qui nous a amputés dans certaines situations.»

Henry s’explique mal cette indiscipline de ses hommes, surtout dans le cas de Camacho et de Quioto, qui ont reçu des rouges pour un geste de frustration.

«J’ai rarement vu une équipe perdre les pédales en menant, généralement c’est en perdant.»