/news/coronavirus

La police de Laval dépose une plainte contre le resto fautif

Marie-Lise Mormina | Bureau d'enquête

La police de Laval a finalement déposé une plainte au Directeur des poursuites criminelles et pénales pour le non-respect des mesures sanitaires de la Santé publique, lors d’une soirée festive samedi dernier au restaurant Lordia.

Notre Bureau d’enquête présentait, hier, des images saisissantes d’une soirée rassemblant plus de 200 personnes, avec de la danse et le port du masque très aléatoire. Le Service de police de Laval (SPL) a visité l’établissement, mais n’a pas donné de contravention. 

• À lire aussi: Au diable les règles dans un resto bondé à Laval

• À lire aussi: Party à Laval : «c’est tout à fait inacceptable», dit Dubé

L’agente Julie Marois, porte-parole du SPL, explique que « lors d’une première intervention, s’il y a collaboration de la part du contrevenant, selon le décret, la police ne peut émettre un constat d’infraction. »

Après le départ des policiers, la danse et les rapprochements ont recommencé, avons-nous constaté samedi soir.

Le ministre fâché  

« C’est inacceptable. Ça, ce n’est pas le genre de comportement qu’on s’attend des Québécois dans une situation de crise où on est en guerre contre un virus puis qu’on se dit : “Bien, je vais repeser sur l’accélérateur, je vais retourner à 160 kilomètres à l’heure parce que je viens de passer le radar” », a commenté hier le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Le ministre a expliqué hier que le geste qui est répréhensible doit être « signalé immédiatement aux policiers pour qu’ils puissent travailler avec la Santé publique. »

Sur les réseaux sociaux, le maire de Laval, Marc Demers, a demandé de « respecter en tout temps les consignes sanitaires de la Direction nationale de santé publique et d’éviter de vous rassembler dans les résidences privées. »

Graves conséquences  

Dans des vidéos en direct, diffusées sur la page Facebook du propriétaire du Lordia, d’autres images témoignent du non-respect des mesures, telles que l’absence du port du masque et la danse.

En ce qui concerne la consommation de tabac dans le restaurant et la présence d’alcool après minuit, le dossier a été transféré à la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Le médecin et gériatre David Lussier estime que si l’enquête prouve qu’il y a bel et bien eu des manquements aux normes de la Santé publique, le restaurant devrait fermer pour une certaine période. 

« On ne peut plus donner une deuxième chance », a-t-il affirmé en entrevue.

Ce type d’événement peut avoir des impacts sur la santé des gens, dit le Dr Lussier, mais peut également « entraîner la fermeture d’écoles et de milieux de travail », conclut-il.