/news/coronavirus

Pandémie | Les gyms veulent être un service essentiel

TVA Nouvelles

Forcés de fermer leurs portes durant le confinement, les en centres d’entrainement redoute les contrecoups de la 2e vague de la COVID-19 et demandent au gouvernement de les considérer comme un service essentiel.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Quand le gouvernement Legault a décrété les premières mesures de confinement en mars dernier, les gyms ont dû immédiatement cesser leurs activités et ils ont été parmi les derniers à pouvoir rouvrir quand le Québec s’est remis en marche.

Gabriel Hardy, propriétaire du Tonic CrossFit à Québec, fait partie du regroupement de propriétaires de centre d’entrainement qui veulent demeurer ouverts et essentiels au cours des prochains mois même si des régions passent en zone rouge. 

«On est un service essentiel, car on amène un bien-être physique, émotif et psychologique. La santé n’est pas juste de rester chez nous et de se cacher en attendant que le virus passe. On peut la prendre en charge chaque jour et faire la différence dans notre système immunitaire et éloigner la maladie chronique», soutient M. Hardy. 

Le propriétaire du Tonic CrossFit assure que les mesures mises en place dans les gyms sont sécuritaires quant à la transmission de la COVID-19.

«Il n’y a aucune éclosion dans le Canada au complet dans l’industrie du conditionnement physique. C’est rassurant pour la population et les gouvernements. On fait bouger les gens, sortir de chez eux. Nous aimerions être considérés essentiels comme les McDonald’s et compagnie», fait valoir Gabriel Hardy.