/regional/quebec/quebec

Absence du tramway dans le PL66: Labeaume «surpris» par le gouvernement Legault

Taïeb Moalla | Journal de Québec

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Déçu et surpris, Régis Labeaume ne comprend pas que son administration municipale doive attendre les conclusions du BAPE avant de pouvoir lancer son appel de propositions pour le réseau de transport structurant. Il réclame également attendre «des signaux politiques» clairs du gouvernement pour accélérer la réalisation du mégaprojet.

La sortie du maire de Québec s’est déroulée jeudi en deux temps. 

En fin de matinée, il a d’abord rendu publique une lettre envoyée au premier ministre Legault. Dans cette missive, il se disait «surpris» de constater que le réseau structurant de transport en commun de Québec ne figure pas dans la liste de projets d’infrastructures qui doivent être accélérés en vertu du projet de loi 66. 

«Ce que nous souhaitons actuellement, c’est d’obtenir les dispositions législatives particulières nécessaires pour permettre à la Ville de Québec de lancer les appels d’offres», a-t-il écrit. 

Le néant 

Plus tard en après-midi, en point de presse, le maire a précisé «qu’on est dans le néant actuellement (...) On dit (au gouvernement) qu’il faut aller le plus vite possible et qu’il y a des fast track. Et nous, qui sommes prêts, il faudrait attendre le rapport du BAPE (qui doit être déposé d’ici le 5 novembre) pour aller en appel de propositions! Pourquoi? Comment ça se fait qu’on est encore collés à terre?», s’est-il demandé. 

Interrogé à plusieurs reprises sur ce qui bloque précisément, le maire a prudemment renvoyé la question aux journalistes tout en rappelant que le premier ministre Legault soutient le mégaprojet et que le gouvernement du Québec y investit 1,8 G$. 

M. Labeaume ne comprend pas par contre que le gouvernement n’ait toujours pas réagi à l’étude d’achalandage déposée par la Ville, il y a près d’un mois. Il dit également attendre les résultats de l’étude d’achalandage commandée par le gouvernement. 

Coûts supplémentaires? 

«Ma peur à moi est qu’on perd des entreprises. Si on attend trop, ils ne seront plus là. Plus ça prend du temps plus ça risque de coûter cher», pense-t-il. 

Ce dernier réitère que le mégaprojet de 3,3 G$ «est sur la ligne de départ, prêt à aller en appel de propositions. Les consortiums ont déjà été sélectionnés et des dizaines d’entreprises de niveaux local, national et international sont prêtes à participer à la construction de ce projet». 

Le projet de loi 66 a été déposé mercredi à l’Assemblée nationale. Il prévoit l’accélération des processus d’évaluations environnementales et d’expropriations pour 181 projets d’infrastructures à travers le Québec.

Dans la même catégorie