/news/currentevents

Attaque sur deux policières à coups de couteau

Nicolas Saillant | Le Journal de Québec

Bloc Justice

Photo Fotolia

Une femme en crise qui s’en était prise à deux policières de Québec en fonçant vers elles avec « un couteau de boucher », après s’être cachée dans un garde-robe, a plaidé coupable de voies de fait.

La cause de Karine Larivière prouve à quel point les policiers doivent s’attendre à tout dans l’exercice de leurs fonctions. 

Le 17 août 2018, Karine Larivière avait été relâchée du poste de police quelques heures après s’être désorganisée lors de son arrestation pour facultés affaiblies. Dès le lendemain pourtant, les policiers ont de nouveau été appelés à se rendre chez le conjoint de la dame pour des idées suicidaires et homicidaires.   

Dans le garde-robe

Sur place, le conjoint, qui a aussi été accusé d’entrave, avait affirmé aux policières que Mme Larivière n’était pas présente, tout en leur autorisant l’entrée pour vérification. En ouvrant un garde-robe, une première policière voit surgir l’accusée qui lui porte un coup en direction de la gorge avec un « couteau de boucher ». 

La policière esquive le coup, tandis que Laverdière se dirige vers la sortie où se trouve la deuxième policière. Cette dernière prend alors une chaise en bois pour « parer » aux coups de la femme en crise, a rapporté la procureure Mélanie Ducharme. 

C’est finalement un troisième policier qui maîtrise la femme grâce à deux impulsions de son pistolet Taser.