/news/law

Conseil houleux: le conseiller expulsé met en demeure Sainte-Adèle

Stéphane Sinclair | Agence QMI

Le conseiller de Sainte-Adèle impliqué dans une empoignade avec un agent de sécurité lors de son expulsion du conseil municipal a fait parvenir une mise en demeure à la municipalité.

• À lire aussi: Séance du conseil houleuse à Sainte-Adèle

«C’est inacceptable ce qu’ils m’ont fait. Ce n’est pas démocratique. J’ai déposé une plainte à la SQ contre l’agent de sécurité et je vais poursuivre la ville», fustige Pierre Lafond, conseiller de l’opposition dans la petite municipalité des Laurentides.

Il a fait parvenir une mise en demeure à la municipalité de Sainte-Adèle et lui réclame 400 000 $ en dommages, a-t-il confirmé en entrevue.

La séance du conseil municipal de lundi a été houleuse du début à la fin. Dès le début de la séance, vers 19h, on y voit que le ton monte entre lui, la mairesse Nadine Briand et un autre citoyen présent dans la salle. 

Les deux hommes - M. Lafond et le citoyen - posent de nombreuses questions sur plusieurs points à l’ordre du jour. Ces derniers interrompent régulièrement le déroulement de l’assemblée.

La mairesse menace de les expulser parce qu’ils ne respectent pas le décorum. Peu de temps après, elle fait venir des policiers pour faire expulser le citoyen présent dans la salle.

«On a plein de questions et elle ne veut pas y répondre», lance alors M. Lafond.

Le conseiller continue d’interrompre l’assemblée sur de nombreux points à l’ordre du jour. Le ton monte encore à plusieurs reprises au cours de la soirée. Peu avant la fin de l’assemblée, la mairesse demande au conseiller municipal Pierre Lafond de quitter l’assemblée, ce qu’il refuse de faire.

«Il ne respectait pas les règles de l’assemblée, ce qui est une nuisance au bon fonctionnement du conseil», a expliqué Nadine Briand, mairesse de Sainte-Adèle en milieu de semaine.

Sur la vidéo obtenue par l’Agence QMI, on voit l’agent de sécurité inviter M. Lafond à quitter l’assemblée du conseil, ce qu’il refuse de faire. Une empoignade entre les deux hommes éclate alors.

L’agent de sécurité a dû utiliser la force pour sortir M. Lafond. Il l’a immobilisé au sol dans l’entrée de la Place des citoyens.

«En démocratie, il est bon de pouvoir poser des questions. C’est fondamental. Mais c’est aussi très important de respecter les règles de l’assemblée. Le respect du décorum est important pour que l’on puisse avoir tous les arguments pour prendre la bonne décision avant de voter», a expliqué Michel Nadeau, expert-conseil et ex-directeur général de l’Institut de la gouvernance, joint par l’Agence QMI.

Le conseiller municipal compte se présenter à la prochaine assemblée du conseil municipal. «J’ai été élu pour ça, c’est certain que je vais m’y présenter», a-t-il lancé au téléphone.

Du côté de la municipalité, aucune mesure n’a été prise contre M. Lafond, qui n’en est pas à son premier litige.

La Commission municipale du Québec est intervenue sur deux autres dossiers en lien avec son comportement. L’un d’eux est rendu à la Cour supérieure.

Au téléphone avec l’Agence QMI, jeudi, le conseiller Lafond a comparé la municipalité de Sainte-Adèle à une dictature et a mentionné qu’il y avait eu un complot contre lui lors de la dernière séance municipale.