/regional/montreal/montreal

Le CHSLD Herron suspendu par son association

Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Le président de l’Association des établissements de longue durée privés du Québec (AELDPQ), Michel Nardella, a révélé jeudi que le CHSLD Herron de Dorval, qui a été mis sous tutelle à la suite de graves manquements, a été suspendu par son organisation.

• À lire aussi: «Tant qu’on n’aura pas l’équipement nécessaire...»

• À lire aussi: Personnel manquant et négligence dans deux CHSLD

«La résidence Herron était l’un de nos membres, a-t-il dit au microphone de Mario Dumont, à QUB radio. Lorsque la situation est arrivée, nous avons suspendu son adhésion temporairement, le temps des enquêtes afin de voir le dénouement de celles-ci.»

Le président a ajouté être très inquiet relativement à la deuxième vague de la COVID-19, qui touche déjà le Québec selon les autorités de la santé publique.

Rappelons que 38 résidents du CHSLD Herron sont morts en avril dernier, au plus fort de la pandémie de COVID-19. Dans un rapport rendu public mercredi par le gouvernement du Québec, l’enquêteur Sylvain Gagnon a écrit que les «autorités du CHSLD Herron ne sont jamais parvenues à installer une équipe de travail stable, bien formée et suffisante».

Des employés du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal dépêchés sur place pour pallier la pénurie de personnel y avaient trouvé des résidents souillés dans leurs excréments et déshydratés. Le rapport souligne que le soir du 29 mars, il n’y avait que trois employés en poste pour 133 résidents.

Les employés avaient déserté les lieux à la suite d’un premier cas de COVID-19, mais la pénurie de personnel était déjà présente avant le début de la crise sanitaire. Le CHSLD Herron comptait 79 employés, mais il en aurait fallu au minimum 154 pour répondre à tous les besoins.

«[Il] comptait donc à peine 50 % des effectifs requis», a indiqué M. Gagnon dans son rapport, selon «Le Journal de Montréal».

- Avec QUB radio