/news/world

Les corneilles ont une forme de conscience

TVA Nouvelles

Les oiseaux pensent, selon le journal scientifique américain Science, qui s'appuie sur deux études parues jeudi, établissant des similarités dans leur cerveau avec celui des mammifères et une forme de conscience chez les corneilles noires.

«Cervelle d'oiseau», l'insulte est trop facile. Car des membres de l'espèce, particulièrement dans la famille des corvidés dont font partie les corneilles et corbeaux, «ont autant de capacités cognitives que les singes», remarque l'auteure de l'article, Suzanna Herculano-Houzel, professeur de neurobiologie à l'Université américaine Vanderbilt.

On a longtemps pensé que les oiseaux étaient dépourvus d'un néocortex, cette partie de la matière grise cérébrale propre aux primates. Particulièrement développée chez l'homme, elle est impliquée dans des fonctions cognitives dites supérieures, comme la perception sensorielle et la réaction.

L'étude de Martin Sacho et Christina Herold, chercheurs en neuroscience des Universités allemandes de Bochum et Dusseldorf, «révèle une neuroarchitecture jusqu'ici inconnue du cerveau antérieur sensoriel des oiseaux», le pallium.

Cette organisation «pourrait générer des capacités de calcul qui rappellent celles du néocortex», selon l'étude.

Elle conforte le constat que certains volatiles possèdent des capacités cognitives complexes, par exemple la fabrication d'outils pour saisir de la nourriture.

On sait que «le pallium des corvidés et perroquets contient plus d'un demi-milliard de neurones, et jusqu'à un à deux milliards, comme celui des singes», note l'article de Science. L'étude de Stacho et Herold démontre que ce réseau «a une organisation similaire à celui du cortex des mammifères».

L'étude sur les corneilles, pour sa part, est «la première menée sur des non-primates», a indiqué à l'AFP son auteur, Andreas Nieder, professeur en physiologie animale à l'Université allemande de Tübingen.

Elle est aussi la première à établir chez l'oiseau un processus de conscience primaire, aussi dite sensorielle, c'est-à-dire la réponse imprévisible à un stimulus, allant au-delà du simple réflexe.

Le Pr. Nieder tient à préciser qu'«on ne parle pas de conscience de soi, de l'oiseau sachant ce qu'il perçoit, ce qui est une autre histoire». Difficile en bref de parler de pensée.

L'équipe du Pr Nieder a entraîné deux corneilles noires âgées d'un an à signaler ou pas, après un délai de plus de 2 secondes, la présence éventuelle d'un stimulus visuel. En l'occurrence, un carré gris d'intensité variable affiché très brièvement, pendant un tiers de seconde, sur un écran noir.

Les chercheurs se sont rendu compte que dans un premier temps, les neurones «encodent l'intensité physique du stimulus, ce qu'on peut attendre de neurones visuels», explique le Pr. Nieder. Mais ensuite, pendant la période d'attente de plus de 2 secondes, «nous observons un nombre croissant de neurones encodant la qualité subjective de la perception».

Subjective, parce que les corneilles se sont vues présenter parfois, et de façon aléatoire, des stimuli à la limite du perceptible. Autrement dit, elles ont pu croire parfois voir un carré inexistant, ou inversement.

«C'est le point très important, assure le Pr. Nieder, une situation où un stimulus unique donne lieu à deux perceptions différentes: penser l'avoir vu ou nier son existence», ce qui est l'attribut d'une conscience primaire.

Interrogée par l'AFP, Catherine Del Negro, spécialiste de la communication des oiseaux à l'Institut des neurosciences de Paris-Saclay (Neuro PSI), a salué un «très bel article d'un point de vue expérimental». 

Les données sur l'activité neuronale ont été enregistrées en plaçant des électrodes dans le nidopallium, la partie du pallium abritant des fonctions supérieures.

Concourant aux conclusions de ses collègues Stacho et Herold, le Pr. Nieder suppose que même «si le cerveau des oiseaux est construit très différemment de celui des primates», les deux ont «évolué vers une fonction similaire» dans le cas de la conscience primaire. 

Cette «convergence évolutive» se retrouve par exemple, selon Catherine Del Negro, dans le chant des oiseaux, «qui a un certain nombre de points communs avec le langage humain».

Quant au Pr Nieder, il rechigne pour l'instant à utiliser le terme de «pensée» ou de «décision» de l'oiseau. «D'une certaine façon c'est le cerveau (de l'oiseau) qui se fait une idée et décide, pas l'oiseau», dit-il.

Jusqu'à preuve du contraire.