/news/politics

Sports scolaires: Isabelle Charest se réjouit de l’ouverture de la Santé publique

Richard Boutin | Le Journal de Québec

La ministre déléguée à l’Éducation Isabelle Charest en rencontre avec Isaac Pépin, étudiant-athlète présentement en secondaire 5.

Capture d'écran, TVA Nouvelles

La ministre déléguée à l’Éducation Isabelle Charest en rencontre avec Isaac Pépin, étudiant-athlète présentement en secondaire 5.

Mise au parfum des propos du docteur Arruda avant de rencontrer les médias, Isabelle Charest se réjouissait de l’ouverture du directeur national de santé publique, mais elle se gardait une petite gêne avant de célébrer.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Sport interscolaire: les matchs permis malgré un cas de COVID-19 dans l'école

« Je suis heureuse qu’il y ait une certaine ouverture, mais on va valider les faits avant de sauter de joie, a mentionné la ministre déléguée à l’Éducation, qui est responsable du volet loisir, sport et activité physique. Quand nous aurons fait la lumière, nous allons envoyer une directive claire aux directions d’école. Tant mieux si la Santé publique donne un peu de latitude. Je suis contente de l’évolution et ça va plus vite que je pensais. 

« Je réitère que ma priorité a toujours été que les jeunes puissent pratiquer leurs sports de la façon la plus normale possible dans un contexte de pandémie, de poursuivre l’ancienne patineuse de vitesse courte piste. La priorité était que les jeunes retrouvent leurs coéquipiers et c’est pourquoi deux bulles ont été ajoutées tout en ayant des contraintes [lire la directive 70 du ministère de l’Éducation] pour s’assurer que la rentrée scolaire se passe de façon sécuritaire. Parce qu’il n’y a pas eu d’éclosions majeures dans les écoles, on continue d’avancer et d’évoluer. »

La ministre déléguée à l’Éducation est sensible à la perte de motivation des étudiants s’ils ne peuvent pas disputer un calendrier digne de ce nom. « Je suis tout à fait consciente que les athlètes perdent la motivation de respecter les mesures sanitaires s’ils ne peuvent pas pratiquer leurs sports, convient-elle. L’annulation a un gros impact sur les athlètes, mais la grosse priorité était qu’on ne referme pas les écoles, sinon les impacts auraient été encore plus dommageables sur nos jeunes. »

Menace de grève

« Nous avons élargi l’offre sportive [le 11 septembre en éclatant la bulle-classe] et maintenant on assouplit la règle 70, d’ajouter Mme Charest. Tant mieux si des écoles qui ont des cas isolés pourront maintenant disputer des parties. Je dis merci aux jeunes athlètes d’avoir fait preuve de patience et de résilience. »

De concert avec des étudiants d’une dizaine d’écoles de la région de Québec, un joueur de football du Séminaire Saint-François a lancé, jeudi matin, un appel à une grève le 28 septembre. Accompagné de son père, Isaac Pépin a obtenu une rencontre avec la ministre Charest en milieu d’après-midi. 

Rencontre productive

« J’ai été bien accueilli et j’ai senti que Mme Charest voulait nous défendre et était de notre côté, a mentionné l’étudiant de 5e secondaire, qui dit s’être inspiré de la démarche d’un étudiant de l’Académie Saint-Louis qui avait organisé une marche devant le parlement le 28 août. 

Elle est sensible à notre sort. Si la règle 70 est modifiée, on va renoncer à faire la grève lundi. »

Mme Charest a reçu Pépin à son bureau. « Je lui ai fait comprendre toute l’empathie que j’avais pour lui et que je comprenais comment il se sentait puisque j’ai moi-même un fils en 4e secondaire qui joue au football, a-t-elle précisé. » 

Pépin a rencontré le député libéral de Marquette, Enrico Ciccone, porte-parole de l’opposition officielle en matière de sports, loisirs et saines habitudes de vie.