/news/politics

Trudeau talonné sur la question des champs de compétence provinciaux

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau a dû se défendre, jeudi aux Communes, de s’ingérer dans le champ de compétence provincial de la santé, comme le lui reproche son homologue québécois François Legault.

• À lire aussi: Vers un déficit fédéral astronomique

• À lire aussi: Un discours du trône «décevant pour le Québec»

• À lire aussi: Trudeau en appelle à la solidarité des Canadiens

Bloquistes et conservateurs ont talonné le chef libéral sur ce point durant la première période de questions de la session parlementaire à Ottawa, qui se déroulait dans un format hybride.

«Je regrette d’entendre le député de Louis-Saint-Laurent dire que le fédéral n’a pas sa place pour protéger nos aînés. Ce n’était pas l’opinion du premier ministre du Québec quand il nous a demandé d’envoyer les Forces armées pour aider justement les aînés dans les CHSLD», a rétorqué M. Trudeau à une question du leader parlementaire conservateur Gérard Deltell.

«Nous allons toujours être là pour aider nos aînés et nous allons travailler en partenariat avec les provinces pour la santé et la sécurité des Canadiens», a ajouté le premier ministre fédéral.

Le député Deltell a du tac au tac riposté en soutenant que M. Trudeau venait de faire la démonstration de son arrogance en offrant de telles réponses.

Les élus bloquistes ont pressé M. Trudeau et ses ministres à s’engager à hausser les transferts fédéraux en santé de 28 milliards $ dès l’an prochain, comme le demandent M. Legault et ses vis-à-vis des autres provinces. Le Bloc québécois en fait une condition pour soutenir le gouvernement Trudeau dans le vote de confiance à venir sur le discours du Trône.

En entrevue avec l’animateur Pierre Bruneau, sur les ondes de TVA, M. Legault n’a pas mâché ses mots pour fustiger le premier ministre du Canada.

«M. Trudeau nous dit, parce qu’il a envoyé 1000 soldats pendant quelques mois, il se sent le droit de venir imposer des façons de faire», a-t-il pesté.

Dans le discours du Trône présenté mercredi, Ottawa s’engage notamment à établir des normes nationales sur les soins aux aînés dans les établissements de soins de longue durée. On promet en outre d’accélérer la cadence pour mettre en place un régime d’assurance-médicaments universel.

«Ce qui nous manque actuellement dans le réseau de la santé, et en particulier dans les CHSLD, c’est du personnel. Et le personnel, ce sont des dépenses récurrentes, donc pas juste des dépenses cette année. M. Trudeau nous a aidés cette année, mais là, les 10 000 personnes qu’on ajoute dans les CHSLD, qui nous aide à les financer l’année prochaine?» a ajouté le premier ministre du Québec.

Dans la même catégorie