/news/society

Un travailleur sans statut ayant lutté contre la COVID-19 menacé de déportation

Agence QMI

Un travailleur sans statut qui a œuvré comme concierge dans des CHSLD de Montréal depuis le début de la crise sanitaire est menacé de déportation après avoir été mis en détention mercredi au Centre de prévention de l’immigration (CPI) de Laval.

Mamadou Konaté est arrivé au Canada en 2016 et, depuis mars dernier, il a prêté main-forte aux équipes qui se trouvent au front contre la maladie à coronavirus. En avril, il a lui-même contracté le virus.

Selon le site GoFundMe, à travers lequel des amis de M. Konaté tentent d’amasser des fonds pour assurer sa défense, il a été victime des conflits armés en Côte d’Ivoire à partir de 2002. Il a été reconnu comme réfugié par la Croix-Rouge ainsi que par les Nations-Unies. Il a notamment souffert de sévices physiques et de syndromes post-traumatiques.

Jeudi soir, plus de 6200 $ avaient été amassés sur GoFundMe. Le groupe Solidarité pour Mamadou Konaté, qui organise cette collecte, souhaite que les autorités annulent son avis de déportation et réclame la régularisation de son statut par la révision de sa demande de résidence permanente pour raisons humanitaires.

Vendredi, les députés de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois et Andrés Fontecilla tiendront un point de presse à Montréal aux côtés de l’avocat de Mamadou Konaté. Ils feront alors une demande formelle à la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, afin qu’elle intervienne pour que l’homme puisse demeurer dans sa terre d’accueil où il a contribué à lutter contre la COVID-19.

On se rappelle que durant l’été, Québec et Ottawa ont annoncé que des exemptions seraient accordées à certains travailleurs – des infirmières et des préposés aux bénéficiaires – ayant travaillé au front pendant la pandémie. Des centaines d’autres personnes, comme M. Konaté qui est concierge, ne seraient pas concernées par cette mesure.