/news/currentevents

Une tentative d’enlèvement d’enfants inquiète une communauté du Nouveau-Brunswick

Charles Camirand | TVA Nouvelles

La présumée tentative d’enlèvement d’enfants, qui se serait produite hier à Saint-Léonard, au Nouveau-Brunswick, préoccupe. La mère et ses deux garçons, qui ont été abordés par un individu, sont sous le choc. Un appel à la vigilance est lancé.

Un drame semble avoir été évité, mercredi vers 15h dans la cour familiale. Les garçons de cinq et quatre ans de Marie France Durepos auraient été approchés par un homme qui leur offrait des bonbons. Les aboiements agressifs de leurs chiens ont poussé la mère à sortir de la maison, faisant fuir le suspect.

«Moi, je n’y pensais pas que ç’a allait arriver. Puis garde, hier à trois heures, ça nous ai arrivé. Donc, on n’est pas à l’écart de ça», a mentionné Marie France Durepos.

Même si les deux enfants ont refusé de monter à bord de la voiture de l’inconnu, l’incident reste traumatisant pour la famille.

«Premièrement, mon grand n’a pas été à l’école et lui n’a pas été à la garderie parce que, ç’a été une nuit bouleversante, des cauchemars, etc.», a affirmé Marie France Durepos.

Cette histoire donne des frissons à plusieurs personnes de la communauté alors que le présumé rôdeur n’a toujours pas été retrouvé : «Ce n’est vraiment pas bien de ce monsieur-là de faire ça, et de faire ça à nos grands-enfants. J’en ai cinq arrières petits-enfants moi ici. Moi je trouve qu’une petite place comme ça, ça se supporte beaucoup. Donc, j’imagine que oui, surtout s’il se présente. Ça va être aux parents de surveiller plus leurs enfants, de faire plus attention. Puis, nous autres, quand même si ce n’est pas nos enfants, de regarder pour les aider pareil.»

L’un des trois enfants de Marie France Durepos fréquente l’école Grande-Rivière. Même si l’évènement ne s’est pas produit sur le territoire de l’établissement scolaire, les responsables prennent les grands moyens pour veiller à la sécurité des élèves.

«Lorsqu’ils sortent en récréation, ils sont supervisés par un enseignant. Donc, à ce niveau-là, ça m’inquiète moins. Sécurité au niveau des écoles, les portes sont barrées en tout temps. Donc, c’est pour ça qu’on tenait à faire un avis au public», a expliqué la directrice de l’École Grande-Rivière, Lise Michaud-Martin.

Une enquête de la GRC est toujours en cours. Les autorités recherchent un homme, grand, mince, portant une casquette. Il conduirait un véhicule gris, possiblement de marque Dodge Charger.

«J’espère oui de tout cœur, mais, on ne sait pas où ce qu’il est parti, on ne sait pas ses intentions qui vont être là par la suite», a lancé Marie France Durepos.