/finance/homepage

Vers un déficit fédéral astronomique

TVA Nouvelles

Avec les nombreuses mesures annoncées mercredi dans le discours du Trône et dans le discours à la nation du premier ministre Justin Trudeau, force est d’admettre que le déficit fédéral va bondir si les investissements ont bel et bien lieu.

• À lire aussi: Le gouvernement Trudeau promet encore d'imposantes dépenses

• À lire aussi: Trudeau en appelle à la solidarité des Canadiens

• À lire aussi: Un discours du trône «décevant pour le Québec»

Ainsi pour son exercice financier 2020, le gouvernement Trudeau battra de loin le précédent record avec un déficit projeté de 343 milliards de dollars. La précédente marque appartenait aux conservateurs de Stephen Harper, où les dépenses annuelles avaient atteint 56 milliards de dollars en 2009.

Or, la facture s’alourdira encore en raison des taux d’intérêt liés aux emprunts du gouvernement. Une fois appliqué à la somme de 343 G$, le taux d’emprunt de 1,84% fera dépenser 6,3 G$ de plus en intérêt annuel récurrent. Ces sommes excluent aussi le reste de la dette déjà cumulée, estimée à quelque 20 G$.

Bonne nouvelle toutefois, lorsque comparé à celui d’autres pays, notamment les États-Unis, l’Italie, la France et le Japon, le niveau d’endettement du Canada est plus bas.

Toutefois, il faudra garder l’œil ouvert sur trois facteurs qui pourraient impacter le déficit dans les prochaines années : la croissance, les taux d’intérêt et le vieillissement de la population.

Dans le pire des scénarios, si la croissance est moindre qu’anticipée et que les taux d’intérêt grimpent, le Canada pourrait payer très cher.

Dans la même catégorie