/news/coronavirus

COVID-19: l'Auberge aux Trois Pignons vulnérable depuis au moins deux ans

Jean-François Racine | Le Journal de Québec

PHOTO d'archives JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Une enquête indépendante démontre que la gestion des soins était vulnérable depuis au moins deux ans à la RPA Auberge aux Trois Pignons, dans le secteur de Beauport, soit bien avant l’éclosion majeure de COVID-19 du printemps dernier.

• À lire aussi: Encore plus de 100 nouveaux cas de COVID-19 à Québec

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

La ministre responsable des Aînés Marguerite Blais, et le ministre de la Santé Christian Dubé, ont rendu public vendredi le rapport d'enquête sur les évènements survenus notamment dans la résidence privée pour aînés (RPA) l'Auberge des Trois Pignons.

En juillet dernier, le ministre Dubé avait demandé une enquête pour comprendre où se trouvaient les lacunes. 

Dans un document de plus de 150 pages, l’enquêteur désigné note «qu’un regard plus attentif des autorités du CIUSSS-CN à l’endroit de cette ressource aurait probablement conduit à une prise en charge plus rapide de la gestion des soins dans cette RPA».

De plus, l’organisation et la dispensation des soins, ainsi que le profil de compétence du personnel infirmier de la RPA, auraient dû également faire l’objet d’une attention particulière dès l’entrée en scène du CIUSSS. Une éclosion de streptocoque en 2018 avait sonné l’alarme bien avant la COVID-19. 

Au même titre que celles des rapports d'enquête sur les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Sainte-Dorothée et Herron, les recommandations formulées devraient aider à affronter la deuxième vague, a précisé le gouvernement.

«Préoccupant» 

Le rapport identifie certains problèmes, mais souligne également les efforts déployés par les intervenants et les autorités.

Il ressort aussi du rapport que certains résidents de l'Auberge des Trois Pignons devraient plutôt être hébergés en CHSLD ou en ressource intermédiaire.  

En juillet, les autorités avaient annoncé que la gestion des soins et des services à l’Auberge aux Trois Pignons était assurée jusqu’à nouvel ordre par le CIUSSS de la Capitale-Nationale.   

À ce moment, une vingtaine de résidents et plusieurs employés avaient contracté la COVID-19. Quelques décès sont survenus. Des médecins ont dénoncé publiquement la situation observée sur les lieux.

«C’est plus que préoccupant, c’est même inacceptable», avait alors déclaré la ministre Blais, en réaction aux témoignages sur la situation à l’Auberge aux Trois Pignons.

Le 28 juillet, le gouvernement confirmait la tenue d’une enquête indépendante. 

La fin de l’éclosion à cet endroit a été annoncée le 2 septembre.