/news/coronavirus

Inquiétude face au reconfinement : hausse de la demande dans les salons de coiffure

TVA Nouvelles

Une certaine inquiétude face à un autre confinement se fait ressentir dans la population, observation faite notamment dans certains salons de coiffure de la province, où la demande pour les services a repris de plus belle. 

Selon l’Association Coiffure Québec, les clients qui veulent prendre rendez-vous sont particulièrement nombreux depuis deux ou trois jours, et le téléphone sonne beaucoup plus. 

• À lire aussi: Le Québec recense plus de 600 nouveaux cas

• À lire aussi: Si rien ne change, dans trois semaines «ça ne va pas bien aller»

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«Habituellement, en septembre, ça devient calme après le début des classes. Depuis 2 jours, je parle à beaucoup de propriétaires, il y a une recrudescence. Les gens craignent une fermeture», fait savoir Stéphane Roy, président de Coiffure Québec en entrevue avec TVANouvelles.ca.

«Les gens viennent et craignent une nouvelle fermeture, ce n’est pas la folie, mais on le sent», assure le coiffeur. La clientèle ne veut pas être prise au dépourvu avec une repousse, ou les cheveux trop longs, comme lors du dernier confinement. 

Une nouvelle fermeture des salons fait son chemin dans l’esprit de nombreux propriétaires, qui se disent inquiets. 

Des salons en zone rouge pourraient être fermés, alors que des salons situés en zones orange, jaune ou verte, pourraient rester ouverts. 

Des coiffeurs pourraient être tentés d’aller travailler dans d’autres régions, croit M. Roy. 

Depuis quatre jours, le président de Coiffure Québec a recommencé à mettre à jour ses listes de clients, notamment les adresses courriel, afin de les rejoindre en cas de fermeture. 

Il faut dire que la prise des rendez-vous au téléphone avec le déconfinement avait représenté un travail gigantesque pour les salons de coiffure dont l’achalandage avait augmenté de 200% en juin. Les propriétaires veulent faire mieux les choses. 

Selon Stéphane Roy, les propriétaires de salons sont mieux outillés si une nouvelle fermeture devait survenir. Ils pourraient offrir leurs services à distance, comme proposer les recettes de coloration à leur clientèle. 

Dans la même catégorie