/sports/homepage

Les Canadiens prolongent le contrat de Jeff Petry

Agence QMI

Martin Chevalier / JdeM

Jeff Petry avait manifesté son désir de prolonger son aventure à Montréal par un besoin de stabilité dans sa vie, mais aussi en raison du potentiel à long terme du Canadien.

Petry n’avait pas lancé des paroles en l’air lors de son dernier bilan avec les médias, peu de temps après l’élimination en six matchs au premier tour des séries contre les Flyers de Philadelphie.

Le directeur général Marc Bergevin avait également identifié Petry comme l’un des membres importants de son noyau. Et l’Américain de 32 ans restera encore longtemps comme une pièce importante du casse-tête du CH. Petry a paraphé, vendredi, une prolongation de contrat de quatre ans et 25 millions.

Il gagnera 5,5 millions la saison prochaine, dernière année d’un précédent pacte de 33 millions et six ans qu’il avait accepté au mois de juin 2015. À partir de la saison 2021-2022, le grand défenseur droitier de 6 pi 3 po touchera donc un salaire moyen de 6,25 millions.

«Dès le premier jour où je suis arrivé, j’ai trouvé que c’était une place spéciale pour moi à Montréal, a expliqué Petry. C’est un honneur de porter cet uniforme qui est riche en histoire. Je ressens de la fierté à enfiler ce chandail chaque jour. Le retour au jeu nous a montré que de bonnes choses nous attendent. Nos jeunes joueurs comme KK (Kotkaniemi) et Suzuki nous l’ont montré. Le futur est brillant ici. Ç’a été l’un des facteurs décisifs pour ultimement signer cette prolongation de contrat.»

«J’ai eu une bonne discussion avec Berg (Bergevin) après les séries. J’ai dit ce que je pensais, Marc m’a demandé mon opinion. Jake Allen sera une bonne addition à Price, surtout dans un calendrier compressé, et nous nous sommes grossis à la ligne bleue avec (Joel) Edmundson. Il y a encore des améliorations à faire, mais ce sont des pas vers l’avant.»

Trois facteurs

À ses trois dernières saisons, Petry a atteint le statut de l’un des bons défenseurs offensifs dans la LNH. Il a amassé 40 points et plus à ses trois dernières années. Seulement 11 défenseurs de la LNH ont franchi le plateau des 40 points au cours de cette même période.

Le salaire moyen des 11 autres défenseurs de ce groupe, qui inclut de gros noms comme Victor Hedman, Roman Josi, John Carlson, Kristopher Letang, Erik Karlsson et Brent Burns, se situe à 7,52 millions.

À un salaire de 6,25 millions, Petry a donc accepté une offre raisonnable. L’incertitude avec la prochaine saison en raison de la pandémie de la Covid-19 et un plafond salarial qui restera stable à 81,5 millions l’ont probablement convaincu de dire oui à une prolongation de contrat plus rapidement.

«Il y a eu des facteurs comme la durée de l’entente, la famille et l’argent, a expliqué l’Américain originaire du Michigan. J’aime jouer pour cette organisation et le Canadien m’a toujours bien traité de même que ma femme et mes enfants.»

«Je me retrouvais dans un contexte différent à mon dernier contrat avec le Canadien, a-t-il continué. Ma femme était enceinte de notre premier fils, maintenant nous en avons trois. Nos plus vieux arrivent à l’âge où ils commenceront l’école. On se sent confortables avec cette opportunité.»Un effet domino?

Bergevin regardera trois autres dossiers d’ici les prochaines semaines, ceux de Brendan Gallagher, Phillip Danault et Tomas Tatar. Les trois attaquants pourraient devenir des joueurs autonomes sans compensation à la fin de la saison 2020-2021.

Le choix de Petry pourrait influencer ses coéquipiers.

«Il y a de grosses décisions qui ne sont pas entre mes mains, a-t-il répliqué. J’ai parlé à "Gally" pendant tout le processus, je crois qu’il est un élément-clé de cette équipe, tout comme un gars comme Phillip Danault, qui a joué un rôle crucial pour nous. Ces gars sont des éléments importants, je ne connais pas leur situation, mais j’espère qu’ils feront partie de notre groupe pour les années à venir.»

Petry n’a pas mentionné le nom de Tatar dans sa réponse. Le Slovaque est probablement la pièce la moins importante des trois.- Le CH a également offert un contrat d’un an à deux volets à l’attaquant Joseph Blandisi. Âgé de 26 ans, l’ancien des Penguins, des Devils et des Ducks a joué quatre matchs l’an dernier avec le Rocket de Laval.