/news/coronavirus

Les laboratoires d’analyse médicale du Québec sont débordés

TVA Nouvelles

Déjà aux prises avec un manque de personnel avant que la pandémie ne frappe la province, les laboratoires d’analyse médicale du Québec sont débordés plus que jamais.

• À lire aussi: La région métropolitaine de Montréal bascule en zone orange

• À lire aussi: Encore plus de 100 nouveaux cas de COVID-19 à Québec

• À lire aussi: Le Québec recense plus de 600 nouveaux cas

L’affluence des tests de COVID-19 qui s’ajoute aux demandes habituelles n’aide pas la situation. Et à l’approche de la saison de la grippe, l’Ordre professionnel des technologistes médicaux du Québec (OPTMQ) sonne l’alarme.

«La COVID s’ajoute aux demandes régulières et à la reprise des analyses qui était déjà en retard. Alors c’est pour ça que les laboratoires sont super sollicités», indique Doris Levasseur, présidente de l'OPTMQ.

Si bien qu’on a dû refuser des demandes de vacances aux employés pendant la période estivale.

«Il y a des gens aussi qui sont en arrêt de travail, en congé de maladie, en retrait préventif, en maternité ou autre... donc ça fait en sorte que ça nous prend du personnel qualifié et compétent pour faire les analyses très très très sophistiquées», ajoute Mme Levasseur.

Un premier pas en ce sens s’est mis en branle cette semaine alors que les étudiants seront autorisés à aller prêter main-forte au laboratoire. Une aide qui est toutefois loin d’être suffisante pour répondre à la demande actuelle.

Ainsi, l’Ordre demande au ministère de la Santé de rapatrier les techniciens qui sont présentement sur le terrain pour effectuer des tests de dépistage de COVID-19.

L’OPTMQ tend aussi la main aux personnes retraitées afin qu’elles reviennent les épauler en cette période difficile.

Dans la même catégorie