/news/coronavirus

Si rien ne change, dans trois semaines «ça ne va pas bien aller»

TVA Nouvelles

Limitez vos contacts sociaux, restez dans votre bulle familiale: le ministre de la Santé Christian Dubé a lancé un message urgent et particulièrement clair aux Québécois jeudi, alors que la résurgence de la COVID-19 se fait sentir partout au Québec. 

• À lire aussi: Le Québec recense plus de 600 nouveaux cas

• À lire aussi: L'Italie, l'exception de la deuxième vague

• À lire aussi: «Nos plans sont sujets aux humeurs de la pandémie»

«La tendance actuellement, elle est lourde, et donc le message fait par M. Dubé est le message-clé», explique le Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de Santé publique du Québec en entrevue à Mario Dumont. 

«Les gens qui sont malades ne doivent pas circuler, et pour les autres : diminuons nos contacts. Plus on a de contacts, plus on risque d’être infectés», spécifie-t-il.

Le spécialiste constate que la situation, partout au Québec, s’est véritablement détériorée depuis trois semaines. 

«Ce qui s’est passé depuis le début du mois de septembre globalement, on a multiplié par cinq l’incidence de la maladie, c’est beaucoup! Il y a une ou deux régions où ç’a commencé un peu plus tôt, mais la tendance elle est provinciale. Ce que ça dit, c’est que s’il n’y a pas des correctifs très importants faits par la population, les nombres vont augmenter en se multipliant», détaille le Dr De Serres. 

Si la montée des cas ne se fait pas aussi rapidement qu’en mars dernier, elle n’est pas moins inquiétante, selon lui. 

Il ajoute que le respect des normes sanitaires n’est plus suffisant et que la population doit également réduire ses contacts sociaux. 

Si rien ne change, «rajoutons trois semaines encore, et ça ne va pas bien aller», assure le scientifique qui juge que la situation est précaire. 

***Voyez son entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus. ***

Dans la même catégorie