/news/currentevents

Un complotiste qui visait un député se trompe de cible et s’en prend à un journaliste

Stéphane Sinclair | Agence QMI

Un militant complotiste et anti-masque qui tentait de mettre en «arrestation citoyenne» le député Mario Beaulieu du Bloc Québécois, s’en est plutôt pris à un journaliste de Radio-Canada et a été arrêté par les autorités.

• À lire aussi: Presque six fois plus de signalements pour menaces contre la classe politique

• À lire aussi: Facebook prend des mesures contre les groupes haineux ou prodiguant des conseils santé

L’arrestation de l’homme a eu lieu à Ottawa à l’angle des rues Sparks et O’Connor par le Service de protection parlementaire vers 16 h 30 jeudi après-midi. 

Brian Kidder, un conspirationniste connu, était présent sur la Colline parlementaire et avait entrepris d’effectuer une «arrestation citoyenne» sur le député Mario Beaulieu du Bloc Québécois. 

Le conspirationniste a vu un homme sortir du parlement et a entrepris de le suivre. Il l’a interpellé à plusieurs reprises pour le mettre «en arrestation», le tout, pendant que l’un de ses acolytes filmait la scène. 

Or, l’homme interpellé par Brian Kidder était Daniel Thibeault, un journaliste de la tribune parlementaire, employé de Radio-Canada. 

Dans une vidéo, on peut voir le journaliste essayer d’éviter l’individu à plusieurs reprises avant de crier «c’est assez, ne me touchez pas. Ne me touchez pas!» Ce dernier était accompagné d’une femme qui a téléphoné à la police devant les locaux de la société d’État près du parlement. 

Le Service de protection parlementaire est intervenu peu de temps après. L’homme a été arrêté et la police d’Ottawa a pris la relève. Il a ensuite été relâché, sans accusation. 

Radio-Canada compte déposer plainte contre l’homme, ont rapporté des médias, vendredi. 

Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Michaël Nguyen, dénonce l’intimidation qu’a subie le journaliste de Radio-Canada. 

«Même si l'homme se serait trompé de personne, ça reste un événement totalement inacceptable. Les journalistes ne doivent pas être entravés dans leur travail, essentiel à une saine démocratie», explique-t-il. 

Kidder est bien connu des autorités. Il a notamment essayé d’arrêter Justin Trudeau à Rideau Hall le 23 juillet. Il a été relâché par la suite. 

Un avocat contacté par l’Agence QMI, Jean-Pierre Rancourt, met en garde les citoyens sur le concept d’arrestation civile. Il explique que c’est légal, mais strictement encadré par la loi et la jurisprudence. Ce dernier ne recommande pas de le faire à moins qu’une vie soit en danger. 

«On peut faire des arrestations citoyennes, mais dans certains cas très précis. Si c’est pour sauver une vie, c’est légal», explique Me Rancourt, précisant que cela peut aussi être légal dans le cadre d’une introduction par effraction, à titre d’exemple. 

De nombreuses vidéos conspirationnistes recommandent les arrestations civiles sur les réseaux sociaux depuis quelques semaines. Le militant lié à l’extrême droite, Mario Roy, a même menacé de procéder à l’arrestation des 125 députés de l’Assemblée nationale. Il s’est adjoint les services de Thierry Naulleau, un homme qui dit être agent de sécurité et avoir un permis de menottage. 

Dans des vidéos, on voit ce dernier dans un centre commercial et dans un salon funéraire, expliquer aux gens que le port du masque est illégal. Thierry Naulleau demande aux gens d’enlever leur masque et leur dit qu’il a le pouvoir de les arrêter. Il présente une feuille sur laquelle est imprimé ce qu’il appelle le «Common Law» qui aurait été adopté par un congrès mondial inconnu et qui aurait préséance sur les lois du Québec et du Canada. À ce sujet l’avocat Rancourt précise que «le “véritable” Common Law ne s’applique pas au Québec» et que le droit international n’a pas force de loi à l’intérieur des pays.