/finance/homepage

Autonomie alimentaire: il faut miser sur les entrepôts

Jean-Michel Genois Gagnon | Le Journal de Montréal

L’autosuffisance du Québec en pommes de terre est quelque chose de réaliste, selon la direction de Patates Dolbec, une entreprise de Portneuf. La recette du succès passe en partie par les entrepôts de conservation.

• À lire aussi: Autonomie alimentaire: un calendrier pour acheter les cultures d’ici

Aujourd’hui, la compagnie québécoise, dont la production dépasse les 10 millions de sacs de 10 livres par année, est en mesure de conserver ses patates durant 12 mois, tout en maintenant ses standards de qualité, grâce à des entrepôts réfrigérés où l’atmosphère est contrôlée.

Patates Dolbec vend et emballe ses pommes de terre pour des géants de l’alimentation comme Costco, Walmart, Sobeys et Metro. Environ 90 % de son chiffre d’affaires se récolte en sol québécois. L’entreprise réalise également des ventes du côté de l’Ontario et des États-Unis.

La période des récoltes se déroule de juillet à octobre. Présentement, la compagnie de 150 travailleurs n’a aucune production en hiver et ce scénario ne figure pas dans les plans de la direction.

« On peut garder de plus en plus nos produits à l’année et avoir de la qualité. En août prochain [dans les supermarchés], cela va être encore la récolte de septembre et d’octobre », explique au Journal le président et copropriétaire, Stéphan Dolbec. Il est associé avec sa conjointe, Josée Petitclerc.

Trop dispendieux 

M. Dolbec ne croit pas à la nécessité d’une culture en serre en hiver qui serait une méthode beaucoup trop dispendieuse, selon lui, pour atteindre l’autosuffisance du Québec dans son domaine d’affaires. 

D’ailleurs, la province est presque déjà autosuffisante, selon des données de 2018 du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.  

Avec un ratio de 0,97, le Québec en produit déjà presque autant qu’il en consomme.

En 2017, Patates Dolbec, qui a un chiffre d’affaires de plus de 45 millions $, avait injecté 12 millions $ pour agrandir son usine à Saint-Ubalde.

Et en 2019, la direction a investi 9 millions $ pour un nouvel entrepôt de conservation « à la fine pointe de la technologie ». 

L’entreprise possède des terres, 10 000 acres, dans 15 municipalités du Québec. Elle a aussi un centre d’emballage dans la région de Portneuf.

Annuellement, ce sont une vingtaine de variétés de pommes de terre qui sont produites par l’entreprise.

« C’est important d’essayer des produits qui proviennent d’autres régions ou d’autres pays. Il y a toujours de la recherche. On fait des tests à chaque année pour s’améliorer », avance Mme Petitclerc.

Patates Dolbec cultive également des céréales, soit du maïs, du blé, du soya et de l’orge. Cela représente entre 10 % et 15 % de son chiffre d’affaires.

La compagnie a des contrats avec plusieurs chaînes de restaurants comme La Cage – Brasserie sportive et Foodastic (La Belle et La Bœuf). 

PATATES DOLBEC 

Siège social à Saint-Ubalde, dans Portneuf 

150 travailleurs 

10 000 acres de terres 

Plus de 10 millions de sacs de 10 livres produits par année 

Un chiffre d’affaires de plus de 45 millions $