/news/coronavirus

Explosion des cas dans un CHSLD de Laval en 24 heures

TVA Nouvelles

Lors de la première vague de propagation de la COVID-19 au Québec, le CHSLD Idola-Saint-Jean de Laval avait été touché par un total de neuf cas, dont trois soldés par des décès. 

• À lire aussi: Les soins intensifs débordés à cause des jeunes?

• À lire aussi: Les lacunes des CHSLD de la Mauricie exposées dans un rapport

Depuis le début de la deuxième vague, la résidence en est à 11 infections au nouveau coronavirus, dont 10 survenues dans les dernières 24 heures, a appris TVA Nouvelles, samedi. À ce total s'ajoutent sept cas chez les membres du personnel.

Toutes ces contaminations de résidents ont été recensées sur le même étage. Tous les résidents et employés assignés à cet étage ont été testés et recevront leur résultat de dépistage dans les prochains jours.

Une préposée aux bénéficiaires se dit un peu sous le choc de constater la vitesse de propagation du virus. Cathy Vanier a passé un test de dépistage mardi et attendait toujours son résultat ce week-end. Elle continue de travailler. 

«J’étais en congé hier. J’arrive aujourd’hui et on a 11 cas, a dit cette préposée en entrevue avec TVA Nouvelles, samedi. Ça grimpe rapidement. Le niveau de stress augmente un peu, mais il faut rester calme dans tout ça. Nos patients ressentent notre stress. Il faut doubler nos précautions. Il faut augmenter le lavage de mains, la prévention.»

La direction du CISSS de Laval s’est rendue sur place samedi pour évaluer les mesures sanitaires. Quinze lits sont dits «disponibles» dans la zone chaude de l’établissement, espace où sont soignés les patients COVID-19.

«Il y a différents scénarios qui sont envisagés si jamais il y avait plus de cas que de place dans la zone chaude», explique Geneviève Goudreault, directrice générale adjointe du CISSS, donnant comme exemples l'aménagement d'une deuxième zone chaude et le maintien des résidents dans leur chambre en isolement.

Selon Mme Goudreault, la zone chaude est conforme, mais pour le syndicat, il y a des améliorations à apporter.

«C'est sûr que ça prendrait une station avant de rentrer l'autre côté pour rentrer dans une zone complètement rouge, une station pour pouvoir avoir des jaquettes, les gants et pouvoir s'habiller», dit Jonathan Grenier, un délégué syndical.

«Ils doivent revêtir -en tout temps d'ailleurs- les équipements de protection individuels. Les mesures sont davantage renforcées quand il y a une éclosion», ajoute Geneviève Goudreault.

Le bilan des cas de coronavirus dans la région de Laval a monté de 50 infections de vendredi à samedi, pour un total de 6881 contaminations sur l’île Jésus. La ville compte 683 décès depuis le début de la pandémie.

Des proches de résidents inquiets

Dès qu’elle a appris la nouvelle, Céline Bolduc, dont la mère habite la résidence infectée, s’est précipitée vers l’endroit.

«Les personnes âgées sont plus à risque pis ça va vite. C’est pour ça qu’on veut pas que toute ferme et que nos parents meurent seuls comme les autres qui sont morts», raconte-t-elle, visiblement émue par la situation.

Mais à l’heure actuelle, les visites, même celles des proches aidants, sont interdites.

Afin de limiter la propagation du virus, l’ensemble des résidents et des employés du CHSLD Idole-Saint-Jean de Laval sera soumis à un test de dépistage pour le coronavirus.

Le CISSS de Laval considère que l'éclosion est contrôlée, mais n'exclut pas qu'il y ait de nouveaux cas. Avec le souvenir de l'ampleur du drame de la première vague dans les CHSLD, il promet d'agir rapidement.