/news/coronavirus

Quand moins de 20% des symptomatiques s'isolent

Agence France-Presse

Rassemblement d'adeptes de théories du complot à Londre, le 26 septembre 2020

AFP

Rassemblement d'adeptes de théories du complot à Londre, le 26 septembre 2020

La propagation de la COVID-19 reprend de plus belle et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit probablement 2 millions de morts, mais une bonne partie de population, celle du Royaume-Uni du moins, ne semble pas comprendre les dangers qui guettent l’humanité.

• À lire aussi: 2 millions de morts «probables» de la COVID-19 si rien n'est fait

• À lire aussi: 16 000 décès liés à la COVID-19 anticipés d’ici janvier au Canada

Publiés le 18 septembre dernier, les résultats préliminaires d'une recherche du département de médecine psychologique de la prestigieuse université King’s College de Londres a découvert que moins de la moitié des Britanniques sont capables de nommer les symptômes distinctifs de la COVID-19.

Pire, moins d'un cinquième (18%) des gens qui ont ressenti des symptômes associables au nouveau coronavirus se sont mis en quarantaine au Royaume-Uni. Ce résultat préliminaire de l’étude menée par Dr Louise E. Smith fait contraste avec un autre résultat qui stipule que 70 % de la population britannique avait l’intention de s’isoler en cas de symptômes, soit de la fièvre, une toux sèche et le souffle court.

D’autres tableaux de la recherche montrent des chiffres similaires au sujet de contact avec des patients. Environ 65% des Britanniques avaient pour intention de s’isoler après avoir été en contact avec une personne positive à la COVID-19, mais l’application de traçage du gouvernement qu’à peine plus de 10 % des gens se sont astreints à la quarantaine en pareil cas.

Le Royaume-Uni a confirmé une forte poussée de l'épidémie cette semaine, une vague crainte par les autorités dans le pays le plus durement frappé en Europe avec plus de 42 000 morts. Plus de 425 000 infections ont été enregistrées là-bas, le 15e plus haut total au monde.

Au Québec, le ministère de la Santé demande à la population de limiter les contacts pour un mois, peu importe la région. Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de Santé publique du Québec (INSPQ), a déploré vendredi que la province a «multiplié par cinq l’incidence de la maladie» et que «s’il n’y a pas des correctifs très importants faits par la population, les nombres vont augmenter en se multipliant» encore.

Les mesures sanitaires les plus importantes dans le combat contre la transmission du nouveau coronavirus sont le port du masque, la distanciation sociale, le lavage de mains et l’isolement dans le cas de l’apparition de symptômes ou un contrôle positif à la COVID-19.