/news/coronavirus

Une étude explique pourquoi les enfants sont moins affectés par la COVID-19

Agence QMI

Joel Lemay

Une nouvelle étude sur l’impact de la COVID-19 chez les enfants suggère que leur système immunitaire inné détruit le coronavirus avant même qu’il puisse faire des dommages.

• À lire aussi: Écoles en temps de pandémie: 85 millions $ pour s’adapter

• À lire aussi: Forte hausse des signalements à la DPJ

Publiée lundi dans «Science Translational Medicine» et citée par le quotidien «The New York Times», cette étude compare la réponse immunitaire de l’enfant à celle de l’adulte.

Rappelons que le mystère demeure à savoir pourquoi la grande majorité des jeunes ne tombent pas malades.

«Les enfants atteints du COVID-19 s’en sortent mieux que les adultes grâce à leur système immunitaire inné plus fort qui les protège», a dit celle qui a dirigé l’étude, la Dre Betsy Herold, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques à l'Albert Einstein College of Medicine.

La Dre Herold et d’autres scientifiques ont déjà pu statuer que le système immunitaire des adultes offre une défense atténuée par rapport aux enfants.

Lorsque le corps reçoit la visite d’un pathogène inconnu, il met quelques heures à organiser sa riposte, qu’on appelle réponse immunitaire innée. Toutes les troupes sont alors mobilisées pour le combat à venir, les défenseurs du corps lançant des signaux pour appeler tous les renforts disponibles.

Chez les enfants, il semble que ces pathogènes, nouveaux pour leur système immunitaire, commandent à leur défense innée une intervention rapide et écrasante.

Il y a le système immunitaire, mais aussi le système adaptatif du corps. Selon le Dr Michael Mina, immunologiste pédiatrique au Harvard T.H. Chan School, le système adaptatif a un sens biologique faisant en sorte que les adultes rencontrent rarement un virus pour la première fois, ce qui complique la donne étant donné que le SRAS-CoV-2 est justement nouveau.

De plus, le système inné devient moins alerte en vieillissant, laissant les aînés plus vulnérables face aux pathogènes qui se présentent sur leur chemin. C’est que le virus a le temps de faire des ravages avant même que le système adaptatif établisse sa stratégie de défense, croit la Dre Herold.

Ses collègues chercheurs et elle se sont penchés sur la réponse immunitaire innée de 65 jeunes et 60 adultes qui ont été hospitalisés en mai dernier au Montefiore Medical Center de New York.

Dans l'ensemble, les enfants n'étaient que légèrement affectés par le virus, par rapport aux adultes, rapportant principalement des symptômes gastro-intestinaux comme de la diarrhée et une perte de goût ou d'odeur.