/news/society

Des centaines de poissons meurent dans un déversement

La rivière l’Achigan pourrait être la victime d’une « catastrophe écologique »

Anne-Sophie Poiré | Le Journal de Montréal

Des centaines de poissons ont été trouvés morts par des pêcheurs dans la rivière de l’Achigan, dans Lanaudière, la semaine dernière. La source de la contamination de l’eau n’a pas encore été déterminée.

Photo courtoisie

Des centaines de poissons ont été trouvés morts par des pêcheurs dans la rivière de l’Achigan, dans Lanaudière, la semaine dernière. La source de la contamination de l’eau n’a pas encore été déterminée.

Des centaines de poissons morts ont été découverts par des pêcheurs dans la rivière de l’Achigan, dans Lanaudière, laissant présager un déversement toxique en amont près du pont de l’autoroute 25.

« La scène était dégueulasse. Des poissons virés de bord, arqués, partout. C’est un milieu fragile. C’est quelque chose que je ne veux plus revoir », lance David Vandette, 37 ans, un pêcheur et résident de Saint-Roch-de-l’Achigan qui fréquente la rivière « depuis qu’il sait marcher ».

Comme d’autres témoins et experts consultés par Le Journal, il n’hésite pas à qualifier cet événement de « catastrophe écologique ». 

Poissons morts

Photo courtoisie

Le vendredi 18 septembre, deux pêcheurs ont signalé la troublante scène au ministère de l’Environnement.

En matinée, David Vandette s’est rendu sur la rivière de l’Achigan. Entre L’Épiphanie et Saint-Roch-de-l’Achigan, « des centaines de poissons morts flottaient sur deux ou trois kilomètres. Ils avaient pris une couleur blanchâtre », dit-il.

« L’odeur était abominable », raconte pour sa part Marc Ratelle. 

Déversement inexpliqué

Une équipe d’Urgence-Environnement est venue constater l’événement vendredi dernier, confirme la Ville de L’Épiphanie.

Des analyses préliminaires ont démontré un taux anormalement élevé d’azote ammoniacal sur les poissons récoltés, puis dans l’eau. Ce composant se retrouve principalement dans les eaux usées.

« Ça peut provenir d’excréments d’animaux, d’un camion de vidange ou de quelque chose de toxique », explique le directeur des travaux publics de Saint-Roch-de-l’Achigan, David Marien.

L’expert est convaincu qu’il s’agit d’un déversement « illégal » dans la rivière près du pont de l’autoroute 25. La Ville de L’Épiphanie a affirmé au Journal être aussi de cet avis. 

« Avec la quantité de poissons morts et d’azote ammoniacal, il faut que ce soit un gros déversement », ajoute David Marien, qui n’a jamais vu ça en 20 ans de carrière. On ignore pour l’instant qui en est le responsable. 

Poissons morts

Photo courtoisie

 « Le déversement a coulé jusqu’à L’Épiphanie et à l’Assomption, rage M. Ratelle. On peut s’imaginer que c’est déjà rendu dans le fleuve Saint-Laurent. »

Alarme à L’Épiphanie

La présence du contaminant avait été détectée la nuit précédente dans l’eau de la rivière, à la centrale de filtration de L’Épiphanie, déclenchant une alarme vers 4 h. 

L’eau contenait aussi un taux élevé d’azote ammoniacal, même après avoir été épurée.
Cette alerte, le 17 septembre, laisse croire que le déversement aurait eu lieu quelques jours plus tôt, signale Alain Saladzius, le président de la Fondation Rivières. 

L’organisme, qui mène une enquête parallèle à celle du ministère de l’Environnement, a aussi détecté une « présence anormale » d’E. coli, généralement expliquée par les excréments humains ou animaux. 

« Le dossier est sur le bureau du ministère de l’Environnement, prévient M. Marien. Des poissons sont sous expertise depuis lundi. »