/regional/estduquebec/gaspesie

Éclosion aux Îles-de-la-Madeleine: la Santé publique revient sur sa version et s’excuse

Jérémy Bernier | Journal de Québec

Photo AGENCE QMI, NATHALIE RIVARD

Après avoir créé une onde de choc aux Îles-de-la-Madeleine en annonçant qu’une fête était à l’origine d’une éclosion de COVID-19 au Bistro Plongée Alpha, la Santé publique est revenue sur sa version des faits. 

• À lire aussi: Premières éclosions aux Îles-de-la-Madeleine

«Ça a créé une commotion aux Îles. On est une petite communauté et quand il se passe quelque chose, tout le monde est au courant. Ça aurait pu ruiner complètement l’entreprise», déplore le propriétaire de l’établissement, Mario Cyr. 

Le propriétaire du Bistro Plongée Alpha, Mario Cyr

Photo courtoisie

Le propriétaire du Bistro Plongée Alpha, Mario Cyr

Samedi, le directeur régional de santé publique, le Dr Yv Bonnier Viger, avait indiqué qu’une éclosion ayant fait «au moins trois cas» était survenue au Bistro Plongée Alpha à la suite d’une fête. Un énoncé qu’avait nié avec vigueur la gérante du restaurant, Mylèna Cyr.

Des excuses

Or, après avoir fait «des vérifications» dimanche matin, le Dr Bonnier Viger a concédé avoir peut-être surinterprété les données.

«Tout ce qu’on a au dossier finalement, c’est un souper entre au moins deux des employés, après la journée du 19 septembre. De façon stricte, on ne peut donc pas parler de fête. Si je leur ai fait du tort, je m’excuse profondément», a-t-il indiqué lors d’une entrevue avec Le Journal

«Mais bon, il reste que le virus n’est pas tombé du ciel. Il va falloir qu’ils regardent leurs procédures pour s’assurer qu’ils ne se retrouvent pas avec le même problème», a poursuivi le directeur régional de santé publique. 

«Pas normal»

Mis au courant du changement de ton des autorités sanitaires concernant l’éclosion dans son établissement, Mario Cyr s’est dit satisfait, mais il garde une certaine amertume. 

«Ce n’est pas normal qu’un système comme ça fasse ce genre d’erreur sans vérification», déplore-t-il. 

«On a mis des milliers de dollars pour protéger nos clients au maximum. Qu’un directeur de la santé publique nous dise ça à la toute fin de notre saison, c’est comme dire qu’on était irresponsables. On ne peut pas toucher à notre intégrité comme ça», ajoute celui qui est également un plongeur et un cinéaste reconnu dans la région. 

D’ailleurs, ce dernier nie encore une fois les propos du Dr Bonnier Viger concernant l’éclosion qui aurait plutôt fait irruption à la suite d’un souper. «Ce n’est même pas vrai, il n’y a eu aucune rencontre de ce genre.» 

Dans la même catégorie