/news/politics

Grève des garderies en milieu familial: les éducatrices toujours à la table de négociation

Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Près d’une semaine après le déclenchement de la grève générale illimitée dans les garderies en milieu familial, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec espère trouver une entente avec le gouvernement en fin de semaine. 

• À lire aussi: Grève des éducatrices: le ministre appelé à cesser «de jeter de l’huile sur le feu»

• À lire aussi: Grève des garderies en milieu familial : la médiation est «enclenchée», dit le ministre Lacombe

La présidente du syndicat, Valérie Grenon, a notamment appelé la ministre de la Condition féminine, Isabelle Charest, et la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, à s’intéresser de plus près au dossier, y voyant un enjeu féministe.

«Nous n'acceptons pas le discours voulant que nous méritons un salaire inférieur puisque nous travaillons de la maison avec des enfants. Il faut sortir de la logique voulant que les métiers du domaine du care vont toujours être sous-payés puisque les femmes ont fait le choix de les occuper», a déclaré Mme Grenon dans un communiqué.

En négociation avec une médiatrice, la Fédération a décliné les dernières propositions du ministère de la Famille concernant la question de la rémunération.

En juin 2020, le gouvernement avait proposé un taux horaire de 12,83$, qui a été refusé en grande majorité par les membres de l’organisation syndicale.

«La balle est dans le camp du ministère», a spécifié Valérie Grenon.

Avant cette grève générale illimitée, les responsables des 10 000 garderies en milieu familial avaient organisé pendant deux semaines une grève tournante dans toutes les régions pour faire valoir leurs revendications.