/finance/homepage

Données personnelles : les Canadiens souhaitent une plus grande transparence

Agence QMI

Dans un contexte où de plus en plus d’activités de tous les jours migrent sur l‘internet, une écrasante proportion de Canadiens (94 %) croient que les institutions, entreprises et organisations – privées comme publiques – devraient être plus transparentes quant à la manière dont elles protègent et font usage de leurs données.

• À lire aussi: Miracles promis après le vol chez Desjardins

• À lire aussi: Le ministère de la Justice reconnait avoir été victime de tentatives d’hameçonnage

• À lire aussi: Des données de clients d’IGA publiées sur le dark web

Les résultats du sondage dévoilé lundi par la firme comptable KPMG révèlent aussi que la même proportion (94 %) de Canadiens aimerait que l’ensemble des organisations qui usent des données du public soient soumises à des audits et examens externes.

Neuf Canadiens sur dix ont déclaré qu’ils hésiteraient à partager leurs renseignements personnels avec une organisation qui a été victime de piratage ou d’une fuite de données par le passé.

De plus, 84 % des gens «réfléchiraient sérieusement» avant de faire affaire de nouveau avec une entreprise qui n’a pas réussi à protéger leurs données.

Sans grande surprise, un nombre grandissant de gens effectuent leurs achats en ligne. Ce sont 54 % de Canadiens qui ont dit faire plus d’achats en ligne qu’avant le début de la pandémie de COVID-19. Cette proportion grimpe à 64 % chez les 18-44 ans.

Avec un plus grand volume de paiements en ligne viennent les risques de cybercriminalité. Les deux tiers (67 %) des personnes sondées ont indiqué qu’elles étaient plus inquiètes qu’avant quant à la sécurité de leurs données.

«Bien que la majorité des Canadiens font confiance aux organisations pour ce qui est de la protection de leurs renseignements, près de deux Canadiens sur cinq (38 %) n'ont aucune confiance quant à la protection de leurs renseignements personnels, et 17 % se disent plutôt cyniques quant à la capacité des entreprises et des gouvernements à protéger leurs données», est-il décrit dans le communiqué diffusé par KPMG.