/regional/montreal/montreal

Record de chaleur battu à Montréal hier

Erika Aubin | Journal de Montréal

Plusieurs Montréalais ont profité de la chaude journée d’hier au parc La Fontaine.

Photo Ben Pelosse

Plusieurs Montréalais ont profité de la chaude journée d’hier au parc La Fontaine.

La météo a connu une période de redoux dans les derniers jours, tellement qu’un record de chaleur pour un 27 septembre a été battu hier à Montréal ainsi que dans quelques autres endroits au Québec. 

Les 27,5 °C enregistrés hier à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau surpassent ainsi de 0,9 °C le record établi en 2003. À Québec et à Sherbrooke, notamment, le mercure a aussi frôlé d’anciennes marques. 

« Le vent qui provient du sud-ouest depuis quelques jours a fait remonter une masse d’air chaud des États-Unis, ce qui a amené des températures plus élevées et de l’humidité », explique Michèle Fleury, météorologue chez Environnement Canada. 

Dans la métropole, des gens ont profité de la douce température pour faire le plein de soleil. 

Aussi bien savourer cette dernière journée de chaleur aujourd’hui, puisque le mercure risque de redescendre dès demain, prévient-elle. 

« Nous aurons quelques jours de pluie cette semaine et des températures qui se rapprocheront dans les normales de saison », fait savoir Mme Fleury.

Le thermomètre oscillera autour des 15 °C le week-end prochain.

Trop tôt pour l’été des Indiens

Il est trop tôt pour qualifier la séquence de beau temps qui a débuté le 23 septembre et qui prendra fin demain comme étant l’été des Indiens puisqu’il n’y a pas eu de période de gel dans le sud de la province, estime Mme Fleury. 

« Le vrai été des Indiens – un phénomène culturel plutôt que météorologique – se manifeste plus vers le mois d’octobre, dit-elle. Il est donc toujours possible qu’on ait d’autres séquences de journées au-dessus des normales de saison dans le prochain mois. »

D’ailleurs, Environnement Canada prévoit un automne long et doux. 

« Selon les prévisions, les températures ressenties pendant les mois d’octobre et de novembre seront au-dessus des normales de saison », souligne Michèle Fleury.