/news/coronavirus

Des aînés ont plus peur du confinement que de la COVID-19

TVA Nouvelles

Après avoir vécu un confinement total extrêmement difficile au printemps dernier, les aînés autonomes en résidences privées craignent de devoir revivre le même cauchemar au cours des prochaines semaines.

• À lire aussi: Deuxième vague de COVID-19: encore des sacrifices pour 5 millions de Québécois

Le gouvernement a annoncé lundi soir qu’il permettait aux résidents de ces établissements de recevoir la visite d’un personne à la fois ou de proches aidants. Mais plusieurs s’inquiètent de voir un retour aux mesures du printemps.

Madeleine Meloche a 85 ans et si elle est parvenue à passer au travers de l'isolement du printemps sans trop se sentir seule, notamment grâce aux activités organisées à l'intérieur de la résidence, elle convient qu'un nouveau confinement pourrait durement affecter son moral et celui des autres aînés autonomes.

«Ce n’est pas normal de rester dans un petit 3 et demi et de ne pas sortir», dit-elle.

«On craint drôlement que dans les prochaines semaines, les directives deviennent de plus en plus coercitives», indique de son côté Luc Maurice, président du Groupe Maurice.

Plus de 150 000 personnes vivent en résidences et de ce nombre, 100 000 sont parfaitement autonomes, explique-t-il.

«Ces gens-là ont peur de la COVID-19, mais ils ont encore plus peur du confinement parce que le confinement vous tue semaine après semaine», mentionne M. Maurice.

Selon lui, les résidents ne doivent pas être traités différemment parce qu’ils ont fait le choix de vivre en résidences privées, plutôt que dans un appartement ou une maison.

«Je veux juste que ma clientèle soit traitée comme des gens autonomes», dit-il.

Dans la même catégorie