/news/coronavirus

Élèves: pas de masque en classe, dit Legault

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Le gouvernement Legault n’a pas l’intention d’imposer le port du masque en classe dans les écoles, pour le moment. Les directions devront toutefois en faire davantage pour faire respecter les mesures sanitaires aux alentours des établissements scolaires.

• À lire aussi: Québec adoptera l'application de traçage «Alerte COVID»

• À lire aussi: Des attroupements qui posent problème

• À lire aussi: Deuxième vague de COVID-19: encore des sacrifices pour 5 millions de Québécois

«Non. On n'a pas eu de recommandation de la part de la Santé publique d'avoir un masque à temps plein», a précisé mardi le premier ministre, lors de son point de presse sur l’état de propagation de la COVID-19.   

Les élèves de la 5e et la 6e année du primaire et les jeunes du secondaire doivent porter un couvre-visage dans la cafétéria et les couloirs, mais pas en classe.  

François Legault a choisi de fermer les bars et les salles à manger, de même que les cinémas et les théâtres, pour tenter de juguler la seconde vague. Mais il ne souhaite pas fermer les écoles, même si la situation s’aggrave.   

«On parle de jeunes qui sont moins à risque. Deuxièmement, on parle d'une activité qui est absolument nécessaire. Les jeunes doivent apprendre. Les jeunes doivent socialiser. Donc, les jeunes doivent être à l'école», a-t-il insisté.   

Les ados s'embrassent 

Le Dr Horacio Arruda ajoute qu’il n’est pas facile de porter un couvre-visage pendant plusieurs heures. C’est vrai pour les adultes, encore plus les enfants.   

Selon le Directeur national de la Santé publique, la contagion dans les écoles se produit davantage lors des rassemblements des jeunes sur l’heure du midi et après la fin des cours. Les adolescents se «rapprochent» et «s’embrassent», a-t-il fait valoir. Il signale que les établissements devront trouver un moyen d'éviter ces attroupements.

«C'est là qu'il faut agir, c'est là qu’(il y a de) la transmission... il n'y a pas de distanciation, il n'y a pas de masque. (...) Le risque est beaucoup plus grand là qu'au moment où ils sont dans la classe, à une distance les uns des autres, d'une façon encadrée», a renchéri le Dr Arruda.

Dans la même catégorie