/news/currentevents

Insulté, le maire Labeaume porte plainte à la police

Taïeb Moalla | Journal de Québec

Régis Labeaume a porté plainte à la police de Québec, lundi, à cause de «menaces» proférées contre lui par un individu sur les réseaux sociaux, après que la Ville eut décidé de retirer son budget publicitaire à CHOI Radio X. Une enquête de la police est en cours.

L’information a d’abord été révélée mardi matin par le journaliste de TVA Pierre Jobin. Elle a été confirmée au Journal par François Moisan, attaché de presse du maire.

«J’espère que tu vas crever mon osti de sale [...] ton cancer y es terminal right? J’ai hâte d’aller pisser sur ta tombe gros criss de trou d cu salope [...] Le jour où tu vas crever j promet d avoir l air triste creve le plus vite possible please», lit-on notamment dans une première capture d’écran.        

«J te souhaite un autre cancer du scrotum gros tas de marde», ajoute l’internaute.

Dans les captures d’écran jointes, le journaliste de TVA dit avoir choisi de ne pas identifier l’auteur des propos.          

Quand on lui a demandé si le maire bénéficie d’une protection particulière, M. Moisan a répondu ceci: «Je ne le sais pas. Pas sûr qu’on le dit, dans ce temps-là.» Pierre Poirier, de la police de Québec, s’est limité à confirmer la réception de la plainte et l’ouverture d’une enquête. 

En arrivant à l'hôtel de ville mardi en début d’après-midi, Le Journal a constaté que deux gardes du corps sortaient d'une voiture banalisée et sont ensuite entrés dans l'hôtel de ville. Ils sont ensuite montés à l'étage, où le maire a ses bureaux. Il s'agit de la nouvelle garde rapprochée du maire, selon nos informations.  

Les deux gardes du corps se sont ensuite postés chacun dans un coin de la salle, en surveillance, lors de la conférence de presse tenue par le maire.  

Le maire Labeaume doit animer aujourd'hui, à partir de 13h30, une conférence de presse sur un autre sujet. 

Réactions

Sur Twitter, le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, a dit condamner «fermement tout propos menaçant qui pourrait être adressé au maire de Québec ou à tout autre collègue, qu’il soit un allié ou un adversaire».

Selon lui, «peu importe la couleur politique, les enjeux qui nous entourent, les décisions qui sont prises, nous ne devons en AUCUN CAS tolérer des menaces ou des propos haineux».   

CHOI Radio X : «on a définitivement une responsabilité chacun de ce qu’on doit propager» nous dit François Lambert

De son côté, Jean Rousseau, conseiller municipal de Démocratie Québec, a jugé «inadmissibles les menaces proférées contre le maire». 

«Je ne peux tolérer des propos qui menacent l’intégrité physique d’une personne. En attaquant le maire de cette façon, c’est toute la classe politique qui est visée», a-t-il fait valoir dans un communiqué de presse. 

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin et de Pierre Jobin, TVA Nouvelles