/regional/estduquebec

Licenciement chez Marmen: devancer Apuiat pour sauver des emplois?

Simon Gamache Fortin | TVA Nouvelles

Le licenciement de 55 employés du fabricant de tours d’éolienne Marmen à Matane porte un coup dur à l'économie de l'Est-du-Québec et l'entreprise et les élus locaux demandent au gouvernement de devancer le projet éolien Apuiat, ce qui permettrait de garantir une année de travail pour l'usine.

Outre les 55 emplois perdus à l'usine de Matane à compter du 22 novembre, presque tous les employés seront mis à pied temporairement à la fin novembre faute de travail.

Ces derniers pourraient être rappelés au travail graduellement au début de l'année 2021.

Le contexte économique avec la pandémie de la COVID-19 est en cause.

«On pense sincèrement que le projet Apuiat qui peut combler un trou important pour assurer la survie à long terme, a précisé le président de Marmen, Patrick Pellerin. Faire le pont entre la situation difficile que l’on a vers une situation qui pourrait être terrible s’il n’y a rien, vers un futur qu’on est convaincu qui est prometteur.»

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a interpellé le premier ministre François Legault à ce sujet. «C’est inquiétant [les pertes d'emplois], mais il y a une solution», a-t-il expliqué.

«À court terme, si le gouvernement est sérieux avec la relance économique, je lui dis, accélérer le projet Apuiat et Marmen est capable de le réaliser, comme ça, on pourra sécuriser les emplois à Matane. C’est ma seule priorité présentement, m’assurer de maintenir les emplois», a précisé le député.

«Ma première réaction, c’est d’avoir une pensée pour les employés», a dit le maire de Matane, Jérôme Landry. Il est d’avis que le projet Apuiat sur la Côte-Nord devrait être devancé pour donner de l’emploi à Matane. Selon lui, il serait possible de garder l’expertise dans la région.