/news/coronavirus

Passage en zone rouge: le monde culturel sous le choc

TVA Nouvelles

Le passage à la zone rouge de trois régions de la province est un dur coup pour l’industrie culturelle. Comme ce printemps, les musées, les cinémas, les bibliothèques et les salles de spectacles devront fermer leurs portes.

• À lire aussi: François Legault lance un cri du coeur aux jeunes

• À lire aussi: Permis ou interdit? Ouvert ou fermé?

«Pourquoi? Pourquoi? Incompréhension totale, compte tenu du fait que depuis qu'on a réouvert nos salles, on a appliqué les mesures sanitaires, on reçoit des gens dans notre salle, il n'y a pas de foyers d'éclosion», lance Lorraine Pintal du Théâtre du Nouveau Monde. 

Les musées croyaient fermement qu’ils allaient être épargnés par ces nouvelles fermetures puisqu’ils avaient été en mesure de mettre en place des ajustements et qu’aucun cas ne résultait d’une visite au musée. 

«On ne s’attendait pas à ça. Les musées ont été parmi les premiers lieux publics ouverts au moment du déconfinement et la raison pour laquelle c’était comme ça, c’est parce qu’appliquer les mesures sanitaires dans un musée, ça se fait bien», explique Pascale Grignon, directrice des communications aux Musée McCord.

Lavage de mains, distanciation physique, nombre de visiteurs restreint: tout avait été mis en place. 

Pour les salles de spectacle, tout s’arrête à nouveau. Elles avaient été les premières à fermer et dans les dernières à rouvrir. Il faudra encore une fois revoir la programmation.

«Pour nous c’est un grand découragement. Tout le travail qu’on avait fait dans les derniers mois pour défaire ce qu’on avait fait dans la dernière année et se remonter les manches, refaire une programmation qui se tienne et faire respecter les différentes consignes», affirme Sara Castonguay du Cabaret Lion d’or.

La réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette et son équipe ont travaillé cinq ans sur le film "La Déesse des mouches à feu", qui est sorti il y a à peine quelques jours. Et hier, il était numéro un au box-office canadien.

«Nous, on a vraiment l'impression de se faire couper les ailes en plein envol», dit-elle. 

Elle estime que le cinéma est bénéfique pour les adolescents, qui peuvent s'y rassembler de façon sécuritaire.

«Je pense que ça répondait à un réel besoin, les jeunes avaient besoin de vivre quelque chose de commun, ensemble», ajoute-t-elle. 

Le gouvernement a promis une annonce pour venir en aide au milieu culturel. La ministre de la Culture a assuré qu’elle arriverait prochainement.

«Sachez que notre gouvernement travaille à l'élaboration d'une formule de compensation pour les lieux touchés par ces nouvelles mesures. Les détails de cette aide seront dévoilés rapidement», a fait savoir Nathalie Roy sur Twitter.

Dans la même catégorie