/news/coronavirus

Décision controversée de fermer les bibliothèques en zone rouge

TVA Nouvelles

La décision de fermer les bibliothèques en zone rouge a provoqué tout un tollé. Bien des gens trouvent que c'est moins risqué que d'aller au gym ou dans un centre commercial.

• À lire aussi: Garder les théâtres ouverts aurait été contradictoire, dit Roy

• À lire aussi: Passage en zone rouge: le monde culturel sous le choc

Plusieurs personnes ont fait valoir que le fait d’aller à la bibliothèque représente peu de risques puisqu’il y a très peu de contacts et que le port du masque est obligatoire en tout temps.

Une importante file d’attente s’était formée mercredi matin avant l’ouverture de la Grande bibliothèque au centre-ville de Montréal. 

Les lecteurs voulaient aller récupérer les livres qu’ils avaient mis de côté ou encore aller en chercher quelques ouvrages avant cette nouvelle fermeture pour au moins 28 jours.

Des gens rencontrés par TVA Nouvelles ont fait part de leur désarroi face à ces nouvelles fermetures. 

Une femme déclare que le gouvernement veut tout bonnement «tuer la culture».

«C'est terrible, je n'aime pas ça», lâche tout simplement un homme.

Le gouvernement a toutefois autorisé le prêt sans contact, comme il avait été possible de le faire pendant le confinement. Les lecteurs pourront donc réserver leurs ouvrages en ligne et ensuite venir les récupérer. 

Avant la pandémie, pas moins de 9000 personnes par jour fréquentaient la Grande bibliothèque.