/news/coronavirus

Les propriétaires de gyms soulagés

Richard Boutin | Le Journal de Québec

Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Les propriétaires de centres d’entraînement ont poussé un soupir de soulagement quand le gouvernement Legault a confirmé que leurs établissements ne seraient pas fermés dans les trois régions qui ont basculé en rouge.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Parmi les derniers commerces à rouvrir en juin en compagnie des bars après la période de confinement, les centres d’entraînement ont évité une seconde fermeture, lundi, quand le premier ministre a annoncé un confinement partiel.

Clients heureux

«Au gym, les clients écoutaient la conférence de presse sur leur téléphone et tout le monde s’est mis à crier quand le premier ministre a confirmé que les gyms ne seraient pas fermés, a raconté le propriétaire du Mega Fitness Gym, Dan Marino. Ça faisait dix jours que j’étais sur le qui-vive avec la question des couleurs. Je suis vraiment soulagé. Toute la pression est tombée. 

«Les gens ont besoin de s’entraîner, ajoute Marino qui n’a pas hésité à défier le gouvernement en rouvrant ses portes deux journées avant le feu vert en juin. L’exercice est un besoin essentiel. Les gens sont disciplinés et ils font encore plus attention depuis lundi.»

Marino soutient qu’il se produira une hécatombe si les gyms doivent fermer de nouveau. «Ça va être la catastrophe si on doit fermer de nouveau, a-t-il affirmé. Nous avons réinvesti afin de nous adapter aux mesures sanitaires, et les propriétaires sont accotés.» Pascal Champagne se réjouissait lui aussi de la tournure des événements. «J’étais dans mon auto pour écouter le point de presse du premier ministre et j’étais très attentif aux paroles prononcées, a raconté le copropriétaire du Centre Élite Factor. Je suis bien content. Je m’attendais à toutes les possibilités.»

«Les gens font attention»

«Nous avons été épargnés, mais il n’y a pas eu d’éclosions dans les gyms, précise Champagne. Nous ne faisons pas partie des lieux où les cas explosent. Les gens font vraiment attention et nous agissons toujours comme si quelqu’un nous surveillait. Ce sont des habitudes à prendre. On respecte les règles à cent pour cent. Le contexte est vraiment différent et nous sommes confrontés à de plus gros défis dans notre planification, mais nous sommes tous dans le même bateau.»

Champagne salue la coopération des clients. «Les gens collaborent et il n’y a personne qui chiale sur les mesures imposées, a-t-il indiqué. Les gens sont contents d’être ici. Porter un masque ou se laver les mains, ce n’est pas grave quand tu réalises les bienfaits de l’entraînement tant sur le plan physique que mental.»